Covid-19 : un premier mort officiellement annoncé en Chine depuis le mois de mai

0
9

La Chine a annoncé dimanche 20 novembre son premier mort du Covid-19 depuis mai. Il s’agit d’un homme de 87 ans, mort à Pékin, où la hausse du nombre de cas entraîne progressivement des fermetures d’établissements et de commerces.

Le géant asiatique est la dernière grande économie mondiale à mener une stricte politique sanitaire dite « zéro Covid », qui consiste à imposer des confinements dès l’apparition de cas, des quarantaines obligatoires aux personnes testées positives et des tests PCR quasi quotidiens pour identifier les chaînes de transmission.

Le ministère de la santé a annoncé dimanche plus de 24 000 nouveaux cas positifs en vingt-quatre heures dans le pays, dont l’immense majorité asymptomatiques. La grande province manufacturière du Guangdong (sud), où se trouvent les métropoles de Canton et Shenzhen, est de loin la plus touchée.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 : les Chinois épuisés par des confinements à répétition

Fermeture de magasins et télétravail

Dans la capitale, Pékin, 621 nouveaux cas ont été recensés. L’homme mort à Pékin avait un Covid bénin, mais sa situation a empiré à la suite d’une infection bactérienne, selon la télévision publique CCTV. C’est officiellement le premier mort depuis la fin de mai.

De grands centres commerciaux ont annoncé dimanche leur fermeture. D’autres ont simplement réduit leurs horaires d’ouverture ou interdit les services à table dans leurs restaurants. Plusieurs immeubles de bureaux du district de Chaoyang, siège du quartier d’affaires et des ambassades, ont demandé aux entreprises de passer au télétravail. Des parcs, des salles de sport et des gymnases ont également fermé. Les autorités avaient appelé samedi à restreindre les déplacements « non impératifs » entre les différents districts pékinois, afin d’éviter la propagation du virus.

Personnelss de santé équipé de protection anti-Covid dans une zone résidentielle de Pékin soumise au confinement, le 13 novembre 2022.

Lassitude et contestation des mesures sanitaires

Des habitants de Pékin sont confinés chez eux et d’autres ont été placés en quarantaine dans des centres spécifiques. Mais les autorités semblent ne pas vouloir imposer pour l’instant de restrictions trop fortes à une population qui exprime une immense lassitude des mesures anti-Covid.

Sur le réseau social chinois Weibo, similaire à Twitter, les commentaires sous les articles concernant l’épidémie à Pékin étaient filtrés, a constaté l’Agence France-Presse (AFP), probablement afin d’éviter une trop vive contestation en ligne contre les mesures sanitaires.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 en Chine : la confusion et la colère contre le confinement total d’un district de Canton

La Chine a annoncé le 11 novembre un assouplissement de sa politique sanitaire « zéro Covid », avec, notamment, la réduction des quarantaines, en particulier pour les arrivées internationales. Un retour à la normale reste toutefois une perspective lointaine, car confinements, quarantaines et dépistages continuent d’être imposés à grande échelle. La métropole de Canton a, par exemple, lancé dimanche un dépistage général dans le district central de Haizhu, où vivent environ 1,8 million de personnes.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici