Covid-19 : à Shanghaï, un entrepôt frigorifique réquisitionné pour stocker des cadavres à l’abri des regards

0
19

Cette année, M. Sun, un Shanghaïen de 58 ans, a, pour la première fois, passé le Nouvel An lunaire sans sa mère, le week-end des 21 et 22 janvier. La vieille femme est morte des suites du Covid-19 le 7 janvier, à l’âge de 92 ans. Elle avait la santé fragile et M. Sun (qui ne donne que son nom de famille) et sa famille s’étaient préparés, lorsque la Chine a mis fin à la politique zéro Covid, début décembre 2022. Mais l’homme au visage rond encadré de cheveux grisonnants ne s’attendait pas à être privé de deuil : deux semaines après son décès, il ne sait même pas où se trouve sa dépouille. « On a pu lui dire au revoir dans la chambre d’hôpital, avec ses habits mortuaires, puis l’hôpital nous a dit qu’on serait informés par le département des affaires civiles quand les cendres seraient prêtes, d’ici un ou deux mois. On n’a aucune autre information. On veut juste la vérité », soupire M. Sun.

Depuis des semaines, des informations ont circulé sur le Web chinois sur l’utilisation d’entrepôts frigorifiques et la construction de crématoriums d’urgence, mais les autorités chinoises n’ont donné aucune information sur le sujet. Le Monde a pu confirmer le recours à au moins un entrepôt frigorifique à Shanghaï pour gérer les flux de cadavres qui dépassent les capacités des morgues et des crématoriums. La Chine devrait atteindre le pic de décès du Covid-19 la semaine des congés du Nouvel An lunaire, qui s’achève le 27 janvier, selon des estimations du gouvernement et d’instituts étrangers.

Après l’abandon, le 7 décembre 2022, de la politique zéro Covid, le virus s’est diffusé à une vitesse qui a surpris les experts, au point que le pays a probablement déjà dépassé le pic des infections. « La vague actuelle de l’épidémie a déjà infecté environ 80 % de la population », a indiqué le 21 janvier l’épidémiologiste en chef de la commission nationale de la santé, Wu Zunyou.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Covid-19 : à Pékin et dans plusieurs villes de Chine, la progression spectaculaire de la maladie

« Je ne peux rien dire »

L’entrepôt se trouve dans le district de Baoshan, au nord de Shanghaï, à deux pas de l’embouchure du fleuve Huangpu. Dans ce quartier industriel, d’autres hangars réfrigérés servent à conserver des fruits de mer ou de la viande. Au carrefour d’une rue plus petite, un véhicule de police est stationné. « La police nous a dit qu’aucun véhicule ne devait se garer dans la rue, mais je ne sais pas pourquoi. Cela devait être le 3 ou le 4 janvier », indique le gardien d’une entreprise voisine. L’entrepôt en question, un vaste bâtiment peint en beige, affiche en grands sinogrammes dorés le nom de l’entreprise : « Shanghaï Shenhong Anda entrepôts frigorifiques ». De l’extérieur, on aperçoit des employés habillés en combinaison blanche intégrale qui s’activent, mais des bâches ont été tendues pour cacher le déchargement des camions.

Il vous reste 58.73% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici