Avec ses annexes à Paris et dans toute l’Europe, le bras long de la police chinoise

0
11

C’est une tour entre deux restaurants du quartier chinois, avenue de Choisy, dans le 13e arrondissement de Paris. L’immeuble résidentiel n’a rien de particulier, sauf à aller consulter le site Internet de la police de Fuzhou, une grande ville du sud-est de la Chine : l’adresse y est listée comme l’un des deux bureaux en France des forces policières locales, avec une autre dans une zone commerciale le long de l’autoroute A4 à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). Le communiqué de la police de Fuzhou de janvier vante l’ouverture de trente « postes de service 110 à l’étranger », référence au numéro chinois de police secours.

Une organisation de lutte contre les violations des droits de l’homme, Safeguard Defenders, a repéré en septembre l’existence de ces bureaux informels en Europe, et notamment en France, qui sinon auraient pu passer inaperçus. L’identification de deux postes à Rotterdam et Amsterdam a depuis fait grand bruit. La police néerlandaise a ouvert une enquête, suivie par celles du Canada, du Portugal et d’Allemagne, tandis que les autorités irlandaises ont ordonné la fermeture d’un bureau à Dublin.

Contacté par Le Monde, le ministère de l’intérieur français n’a pas souhaité « entrer dans le détail de ce dont les services spécialisés assurent le suivi ». Il a simplement précisé : « la DGSI [direction générale de la sécurité intérieure] déploie des moyens très importants (et croissants) pour assurer le suivi de l’action des services ou des structures étatiques étrangères susceptibles de venir heurter notre propre souveraineté. A chaque fois qu’une initiative susceptible d’être en contradiction avec nos lois est détectée, le ministre a donné comme instruction qu’elle donne lieu à réaction immédiate. Nous ne tolérerons pas que de telles pratiques aient lieu sur le territoire national ».

Recherche des fugitifs

Outre l’absence d’enregistrement comme représentation consulaire, c’est l’usage que les autorités chinoises pourraient faire de ces annexes qui inquiète. Car Pékin s’est targué ces dernières années d’être parvenu à contraindre de nombreux anciens officiels ou hommes d’affaires en fuite à l’étranger à rentrer au pays et a également fait pression sur des communautés sensibles, notamment les Ouïgours en exil, sommés, par le biais de proches sous la menace policière dans la région du Xinjiang, de ne plus se rendre à des manifestations en Europe.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Quand la Chine surveillait de trop près des diplomates européens en visite au Xinjiang

A Paris, l’annexe de la police s’est adossée à une organisation préexistante, l’Association de Fuzhou en France, localisée dans la tour. « Nous n’assurons pas de missions de police, c’est un malentendu », se défend un responsable de cette association. Il dit vivre en France depuis plus de vingt ans et avoir la citoyenneté française. « C’est juste au cas où, par exemple, un Chinois n’aurait pas pu rentrer en Chine faire renouveler son permis de conduire du fait du Covid : on peut organiser le rendez-vous téléphonique. On ne fait qu’aider en mettant en contact », assure-t-il.

Il vous reste 58.69% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici