Au Maroc, une militante des droits humains condamnée une seconde fois à de la prison ferme

0
13

Une militante marocaine des droits humains en détention pour trois ans a été condamnée à deux ans de prison ferme dans une autre affaire pour des propos jugés offensants envers le roi et la justice, a-t-on appris jeudi 25 mai auprès de ses avocats. Saïda El Alami « était poursuivie pour “offense envers le roi” et “outrage envers un magistrat ou un fonctionnaire public dans l’exercice de leurs fonctions” à la suite de propos qu’elle a tenus lors de son précédent procès », a indiqué à l’AFP son avocat Ahmed Aït Bennacer. Le tribunal de première instance de Casablanca l’a condamnée mercredi soir à deux ans de prison ferme.

Lire aussi : Au Maroc, un journaliste incarcéré victime de « persécutions » selon sa famille

Elle purge déjà une peine de trois ans de prison ferme, prononcée en appel en septembre 2022, pour « outrage envers un corps constitué » et « diffusion de fausses allégations ou de faits mensongers en vue de porter atteinte à la vie privée des personnes ou de les diffamer ». « Nous ignorons pour l’heure si le principe de non-cumul des peines sera appliqué ou pas, car la procédure judiciaire est toujours en cours », a précisé Souad Brahma, une autre avocate de la défense, qui compte faire appel.

Placée en détention en mars 2022, cette Marocaine de 49 ans, qui se présente comme une « dissidente politique » sur Facebook, postait régulièrement des publications critiques à l’encontre des autorités sur les réseaux sociaux. Elle a notamment dénoncé des responsables des services de sécurité et la corruption au sein de la justice, selon l’ONG de défense des droits humains Amnesty International. Sa nouvelle condamnation est assortie d’une amende de 20 000 dirhams (plus de 1 800 euros).

Lire aussi : Au Maroc, la clémence de la justice dans les affaires de viols

Membre du collectif « Femmes marocaines contre la détention politique », Saïda El Alami a affiché son soutien à des journalistes et militants marocains condamnés par la justice et emprisonnés, comme Omar Radi et Soulaimane Raissouni. Après son arrestation, Amnesty avait demandé aux autorités marocaines « de mettre fin aux poursuites visant des militants qui ont critiqué des personnalités publiques, des représentants ou des institutions de l’Etat, et de veiller à ce que les citoyens soient libres d’exprimer leurs opinions sans craindre des représailles ».

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici