Une accusatrice rétracte son témoignage contre Taha Bouhafs, selon La France insoumise

0
29

Dans un communiqué, les avocats de Taha Bouhafs demandent que « l’acharnement cesse ». Une des accusatrices de l’ex-candidat de La France insoumise (LFI) aux élections législatives a retiré son témoignage contre le journaliste, accusé de violences sexuelles, a appris l’Agence France-Presse samedi 11 mars auprès de LFI, ce qui confirme une information de L’Express.

Alors candidat aux législatives dans le Rhône, le journaliste Taha Bouhafs s’était retiré le 10 mai 2022 en invoquant le « racisme » d’« attaques sans précédent » contre lui par la majorité, la droite et une partie de la gauche. Le lendemain, LFI avait annoncé qu’une enquête interne avait été ouverte à son encontre par le comité interne de suivi des violences sexuelles.

Taha Bouhafs avait ensuite reproché à LFI de ne pas lui avoir permis de se défendre face à ces accusations de « violences sexuelles », le mouvement de Jean-Luc Mélenchon arguant de la « volonté de confidentialité » des plaignantes.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Législatives : Taha Bouhafs mis en cause pour violences sexuelles

« Absence de tout caractère contradictoire »

Dans un communiqué que Taha Bouhafs a relayé sur Twitter, ses avocats, William Bourdon, Vincent Brengarth et Raphaël Kempf, prennent « acte du retrait d’un témoignage dans cette “procédure” politique dès le départ viciée par son absence de tout caractère contradictoire, et dont nous n’avons obtenu, à ce jour, aucun élément factuel ».

Demandant que « l’acharnement cesse » pour que leur client « de 25 ans qui ne fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire puisse reprendre une vie à peu près normale », ils soulignent que cette affaire « a eu des conséquences extrêmement graves sur sa vie sociale et professionnelle ainsi que sur sa santé ».

Ils expliquent que Taha Bouhafs a « perdu son travail et n’en a pas retrouvé depuis », et qu’il a été « insulté, harcelé sur les réseaux sociaux et dans la rue », traversant même « une grave période de dépression ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Taha Bouhafs, itinéraire contrasté d’un reporter militant « à mi-chemin entre journalisme et cinéma brut »

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici