Rodéos urbains en Essonne : deux policiers blessés lors d’une interpellation à Massy

0
54

Encore un « rodéo » qui tourne mal. Deux policiers ont été blessés, dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu’ils tentaient d’interpeller l’auteur d’un rodéo urbain à Massy (Essonne) sur sa motocross, et ont « été traînés sur quelques mètres », a indiqué dimanche une source policière contactée par le Parisien, confirmant une information d’Actu17.

Les deux agents de la Brigade anticriminalité (Bac) de Palaiseau, « ne sont pas blessés graves » mais souffrent « de douleurs musculaires et de dermabrasions : ils ont été traînés sur quelques mètres, l’un a une entorse, l’autre des brûlures » », a encore précisé cette même source.

Appelés par des riverains dans la nuit de samedi à dimanche un peu avant minuit pour un rodéo urbain, les fonctionnaires s’approchent de la motocross et de son conducteur, alors à l’arrêt. Mais celui-ci « ne se laisse pas faire », « se débat » et prend la fuite, blessant les policiers qui tentent de l’interpeller, rapporte la source.

«Le gouvernement s’occupe sérieusement du sujet»

« Des individus hostiles, potentiellement une dizaine, se rapprochent » alors des agents de la Bac. Venus en renfort de leurs collègues, des équipages de police font usage d’une grenade lacrymogène pour les disperser. Le conducteur de la motocross, âgé de 23 ans, est interpellé, placé en garde à vue et son véhicule est saisi. Il devrait être présenté à la justice lundi en comparution immédiate.

« J’apporte tout mon soutien aux policiers blessés, témoigne Nicolas Samsoen, le maire (UDI) de Massy. Je tire mon coup de chapeau aux forces de l’ordre qui ont placé la lutte contre ce fléau qui pollue la vie des gens comme priorité. En 2017, nous avions connu un été cauchemardesque, qui avait poussé l’ancien sénateur-maire de Massy (avec d’autres élus essonniens) à déposer une proposition de loi pour réprimer ces rodéos sauvages. Depuis, la loi a été votée et on a ressenti un vrai impact. Cette année, on a reçu trop de plaintes d’habitants, mais sans revenir au niveau de 2017. Et le gouvernement s’occupe sérieusement du sujet. »

L’élu se félicite d’avoir été écouté par le ministre de l’Intérieur sur un point précis : « j’avais regretté qu’on ne puisse pas signaler les rodéos sur le site « moncommissariat.fr ». Gérald Darmanin m’a entendu, puisque c’est désormais possible, de façon sécurisée et anonyme. Les habitants peuvent aussi signaler les lieux où les motos sont cachées. On aura des résultats grâce à la mobilisation de tout le monde. »

D’autres interpellations ailleurs

Dans la même nuit, à Athis-Mons (Essonne), trois scooters ont été saisis et un homme de 34 ans placé en garde à vue dans le cadre d’un rodéo urbain impliquant trois motocross et trois scooters. Un autre homme a également été placé en garde à vue dans une autre ville de l’Essonne (Ris-Orangis) pour une affaire similaire dimanche.

Plus de 2 200 personnes ont été interpellées et 1 800 scooters et motos ont été saisis depuis le début de l’année pour des rodéos urbains, davantage qu’en 2021, avait déclaré le 17 août le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin. Le 8 août, il avait annoncé une intensification des contrôles dans toute la France contre les personnes effectuant des rodéos urbains.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici