Quintuple meurtre dans l’Ain : «Je tiens grâce à mes trois autres enfants», confie la maman du meurtrier de sa fille

0
78

« J’arrive à tenir grâce à mes trois enfants, qui me restent » : Félicité Lambot, la mère de Matthieu, s’est confiée dimanche sur BFMTV. Son fils de 22 ans avait tué au sabre cinq membres de sa famille à Douvres (Ain) avant d’être abattu, le 20 juillet, par le GIGN. La nuit précédente, il lui avait envoyé ce terrible texto : « Bonsoir, je les ai tués. »

Pour lui prouver la véracité de cette courte phrase alors qu’elle fait part de ses doutes lors d’un bref échange téléphonique, son fils lui envoie la photo de sa sœur Margot, 15 ans, égorgée. « J’ai hurlé », lâche la maman : « Je voyais bien que c’était elle ».

Elle a alors appelé la gendarmerie, son fils l’avait déjà fait. « Pour moi, ce n’était pas possible », poursuit-elle. Elle souhaitait qu’un membre des forces de l’ordre le fasse hospitaliser.

Matthieu a tué son père, sa belle-mère, sa sœur Margot, la fille de sa belle-mère de 14 ans et son demi-frère de 5 ans. Elle a par la suite vu une vidéo postée par le tueur sur Snapchat.

Son fil souffrait d’un « gros mal-être » et qui ne « trouvait pas sa place », notamment dans la famille recomposée de son père. Il avait déjà menacé sa mère avec une arme blanche. Elle avait alors demandé qu’il soit accompagné et assure avoir « signé un papier pour qu’on l’interne d’office ».

Son téléphone a été saisi pour les besoins de l’enquête. Mais l’image de sa fille égorgée la hante. C’était une « très belle fille, intelligente, super-gentille avec tout le monde » et qui aimait les mangas, le théâtre et le chant, se souvient-elle.

Son avocat Christophe Cottet-Bretonnier réclame aujourd’hui que sa cliente ait notamment accès aux résultats des autopsies, afin « qu’elle puisse faire son deuil ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici