Port de l’uniforme « y compris à l’université » : Aurélien Pradié revient sur sa proposition

0
21

Aurélien Pradié s’est-il laissé emporter en proposant d’imposer l’uniforme à l’université ? La proposition est née lors du débat entre candidats à la présidence des Républicains (LR), lundi 21 novembre, sur LCI. Le député du Lot s’est déclaré en faveur du port de l’uniforme non pas seulement à l’école, comme il le proposait jusqu’ici, mais aussi « à l’université ».

« Je propose que désormais tous nos élèves portent la même tenue vestimentaire pour deux objectifs : un objectif de la laïcité impératif (…), mais aussi un objectif [d’égalité] social[e] », a-t-il lancé alors qu’il débattait avec ses concurrents Eric Ciotti et Bruno Retailleau sur le thème de la laïcité et du port du voile. Il a poursuivi en ajoutant qu’il fallait « réarmer la République » en matière de laïcité, car « l’école, le collège, le lycée, l’université sont des espaces sacrés ».

La journaliste Ruth Elkrief l’a alors relancé en demandant si le port de l’uniforme qu’il souhaite mettre en place s’appliquerait à l’université. « Oui, y compris à l’université. En tout cas, je n’ai aucun problème avec ça », a répondu M. Pradié.

Lire aussi : Congrès LR : immigration, retraites, avenir du parti… Ce qu’il faut retenir du débat entre Eric Ciotti, Bruno Retailleau et Aurélien Pradié

« Je n’ai jamais parlé d’uniforme à l’université »

Questionnés alors sur cette nouvelle proposition de leur adversaire, les deux autres prétendants à la présidence de LR s’y sont directement opposés, jugeant la proposition de M. Pradié hasardeuse au-delà du secondaire. Bruno Retailleau a affirmé « douter de l’application des tenues uniformes à l’université » quand Éric Ciotti s’est dit ne pas être « certain que pour un adulte à l’université ce soit admis ». « On aurait quelques mouvements de réaction dans les amphis, et on a suffisamment de tensions comme ça », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Eric Ciotti, Bruno Retailleau, Aurélien Pradié, trois lignes s’affrontent pour la présidence des Républicains

Interrogé sur ses propos mercredi, M. Pradié a tenté tant bien que mal de les repréciser, faisant de fait machine arrière. « Dans les écoles, collèges et lycées, je ne veux aucun signe religieux », a-t-il d’abord lancé au micro d’Europe 1, avant de poursuivre : « Sur la question des universités, oui, je pense que nous avons aujourd’hui une bataille à mener. »

Affirmant à plusieurs reprises n’avoir « jamais parlé d’uniforme à l’université » et évitant les relances, Aurélien Pradié a ensuite réorienté son argumentaire : « Il faut demain que la loi laisse la liberté aux universités, si elles le veulent, de fixer des tenues, je ne dis pas uniformes, mais d’avoir un vêtement d’appartenance », par exemple « un polo » ou « un sweat » porté par tous les élèves « lors des examens ».

Sur la question du port du voile religieux, Aurélien Pradié a déjà fait l’objet de critiques de son propre camp ces dernières semaines. Le candidat de « droite sociale » a en effet durci sa position sur le sujet à l’occasion de sa campagne pour la présidence de LR, se disant en faveur de son interdiction dans l’espace public. Mais des extraits d’interviews passées ont refait surface sur les réseaux sociaux, mettant en exergue ses revirements.

A l’antenne de France Inter, le secrétaire général de LR affirmait ainsi en 2019 : « Dans un musée, un conseil régional, ou dans la rue, je n’ai aucun problème pour qu’une femme soit voilée ou que quelqu’un porte une kippa ! En revanche, le temps scolaire relève du service public et de la laïcité. » Il ajoutait : « Je serais le premier à défendre les femmes qui veulent porter le voile dans l’espace public. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Présidence de LR : Aurélien Pradié se pose en candidat du renouvellement

Le Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici