Perpignan : Ce que l’on sait de l’incendie qui a ravagé le Mess face au Castillet

0
77

Le restaurant le Mess et le glacier Amorino, situés face au Castillet à Perpignan, ne sont plus qu’un amas de cendres ce dimanche 28 août. Le bâtiment emblématique du cœur de Perpignan a été ravagé par un incendie dans la nuit. Les pompiers ont maîtrisé le sinistre, mais luttaient encore pour sécuriser les lieux et éviter un effondrement de la structure. Un périmètre de sécurité est toujours délimité.

Un amas de cendres

Il ne reste plus rien du Mess et d’Amorino. L’intérieur des deux établissements n’est plus que cendres et débris. Les flammes sont éteintes, mais de la fumée s’échappe encore du toit en zinc. L’incendie, débuté à minuit quinze dans la nuit de samedi à dimanche au cœur de Perpignan, a ravagé les lieux. Il se serait déclaré dans les combles au-dessus du premier étage. Les flammes ont rapidement gagné ce premier étage, où est située la majeure partie du restaurant. Puis toute la structure moins de deux heures après. “Tout l’intérieur de bâtiment est détruit”, confirme le capitaine du SDIS 66, Sébastien Tresson, ce dimanche en fin de matinée. “80 sapeurs-pompiers ont été mobilisés au pic de l’incendie. Ils ont lutté contre des flammes de forte intensité, mais aussi pour protéger les immeubles voisins  et leurs habitants. Il fallait éviter une propagation. Le feu est désormais maîtrisé, mais, nos hommes sont encore engagés à l’intérieur. Les poutres sont touchées. Tout est fragilisé”. 

Par intermittence, un bruit sourd confirme de nouveaux effondrements. Les plafonds sont à terre. La structure même du bâtiment construit en 1844  est fragilisée. “Des spécialistes de la structure des bâtiments interviennent pour permettre à nos hommes de progresser. L’usage des lances à eau est encore impossible à l’intérieur pour ne pas fragiliser un peu plus la structure”. Une quarantaine de soldats du feu sont toujours mobilisés sur site ce dimanche midi. Des fissures entament les façades, notamment sur sa partie gauche haute de la façade avant.

Un périmètre de sécurité affiné

En pleine nuit, les habitants, les clients et salariés autour ont été évacués. 48 clients de l’Hôtel de France voisin ont passé une partie de la nuit sur les quais de la Basse. ils ont pu regagner leur chambre vers 4h du matin, malgré une panne de courant. Les riverains peuvent à leur tour retrouver leur domicile. Mais, le périmètre de sécurité reste effectif devant le bâtiment et autour du Castillet. De nombreux Perpignanais incrédules constatent les dégâts entre deux palissades de métal protégeant le site. Aucune victime n’est à déplorer. 

Aucune piste avancée

Les enquêteurs de la police ont pu commencer à pénétrer à l’intérieur du site ce dimanche matin. Pour le moment aucune piste n’est avancée sur l’origine du sinistre. “C’est encore trop tôt. Il faut laisser les enquêteurs travailler”. Les témoignages des riverains et  des salariés des établissements voisins sont compilés. Sans que rien ne transpire. Accident ? Court-circuit ? Piste criminelle ? Les prochaines heures devraient en dévoiler plus.

Deux entreprises au tapis

“C’est une catastrophe. Tout est détruit à l’intérieur. Le feu a pris dans les combles et, petit à petit, il a détruit les deux autres niveaux. C’est un rêve qui part en fumée. Tout le travail d’une équipe détruit”. Face au Mess, sur le parvis du Castillet, Julien Hermida, le chef du Mess et son épouse, ne peuvent que constater les dégâts. Le restaurant qu’ils dirigent est dévasté par les flammes. Idem pour le glacier Amorino au rez-de-chaussée. Le Mess était actuellement fermé. Il devait rouvrir ce lundi 29 août. “Nous bouclions encore ce samedi à 18h les derniers travaux”, témoigne Julien Hermida. “On a verni les escaliers et les planchers de la salle du premier étage aujourd’hui. Je ne comprends pas comment le feu a pu prendre. La chambre froide était éteinte, aucun four ne fonctionnait puisque nous sommes fermés. Nous avions remplacé les hottes il y a un an. Seuls quelques frigos et un congélateur fonctionnaient”. Il devait donc inaugurer sa nouvelle formule ce lundi, après trois semaines de fermeture. “Nous finalisions, avec mon épouse, les nouvelles recettes et prenions des photos des plats encore cet après-midi. C’est un rêve qui part en fumée”. Le Mess employait 20 personnes. “Cette catastrophe” entame également son projet chez Espi, quai Vauban.

À qui appartient le Mess ?

Le fonds de commerce du Mess a été racheté par Abi-Nadir Chukri, en mars 2021. Il s’apprêtait à le céder à Julien Hermida, tout comme Espi. Un compromis de vente avait été signé il y a quelques jours. L’homme d’affaires est également le propriétaire de onze locaux commerciaux de la Cloche d’Or, où il a stoppé tous les travaux de rénovation depuis des mois. Un conflit l’oppose à la Ville de Perpignan qui ne veut pas d’un projet de rachat par des investisseurs comprenant notamment des enseignes hallal. Construit en 1844 sur un terrain cédé par la Ville à l’armée, le Mess a longtemps abrité un… mess des officiers. Après de nombreux projets avortés – vitrine des vins du Roussillon, démolition pour ouvrir une rambla – il a été racheté par Freddy Fraihat, propriétaires d’hôtels et de locaux commerciaux à Perpignan, Prades, Canet ou Amélie. En 2018, le restaurant chez Christopher, également présent à Saleilles, s’installait dans les murs jusqu’en mars 2021. Emblématique du cœur de Perpignan, le Mess n’est pas un bâtiment classé. Il est aujourd’hui en cendres.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici