pas besoin de faire une troisième dose si vous avez deux injections et une infection

0
105

La France a levé une partie des restrictions, mercredi, et le pass vaccinal aussi a été assoupli. C’est ce qu’a annoncé Olivier Véran, invité le soir sur BFMTV. 

Le ministre de la Santé a fait état d’un changement des règles d’obtention et de durée de ce précieux sésame.

« Les scientifiques nous disent que pour bénéficier du pass, il faut qu’on ait été exposé au moins trois fois, que notre système immunitaire ait été ciblé au moins trois fois », a-t-il dit. « Cette stimulation peut être une injection ou une infection », dont « au minimum il faut avoir reçu une dose de vaccin ».

En clair, si vous avez vos trois doses, deux doses et une infection, ou même une injection et deux infections, vous pourrez obtenir votre pass. Et le bénéfice de celui-ci sera « sans limite ». Un changement d’importance, alors même que le gouvernement avait récemment réduit de 6 à 4 mois la validité du pass vaccinal après une infection.

Mais les personnes qui n’ont eu qu’une dose de vaccin et une seule infection doivent absolument recevoir une deuxième dose sous quatre mois après la précédente exposition au virus, a détaillé le ministre. En théorie, elles pourraient également chercher à être infectées (et donc avoir au total trois expositions au virus) mais cela comprend un risque sanitaire pour la personne.

4,7 millions de pass pourraient être désactivés mi-février…

Cela concerne du monde : Olivier Véran a rappelé que 7 millions de personnes, actuellement, risquent de perdre leur pass vaccinal le 15 février, si elles n’effectuent pas une dose de rappel. Et même en tenant compte des personnes contaminées par Omicron, cela ferait encore 4,7 millions de personnes, a-t-il insisté.

… en attendant la fin du pass avant juillet ?

De plus, interrogé sur la possible levée de ce pass, nécessaire pour aller dans les cafés et les restaurants, ou au cinéma, et dont la loi l’inscrit jusqu’à juillet prochain, l’Isérois a ouvert la porte à une fin plus précoce : «Le pass vaccinal aura une fin, et vu la dynamique épidémique actuelle, il est probable que cette fin soit bien avant le mois de juillet. Sauf s’il y a une mauvaise nouvelle ». 

« Quand on aura vidé les réanimations, et rendu la place aux malades qui relèvent normalement de la réa, qu’il n’y aura plus de soins reprogrammés dans notre pays, et s’il n’y a pas de nouveaux variants en circulation à ce moment là, l’utilité du pass vaccinal sera totalement discutable. Et nous pourrons le retirer », a-t-il détaillé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici