Parti socialiste : Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen, candidat au poste de premier secrétaire

0
8

Le maire socialiste de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol est candidat au poste de premier secrétaire du PS, face à Olivier Faure, a-t-il annoncé, vendredi 25 novembre au soir, dans un communiqué.

Après avoir cosigné au début du mois une contribution générale baptisée « Refondations », le maire de Rouen fait un pas de plus et devient le premier signataire du texte d’orientation du même nom, ce qui le désigne pour être candidat.

« Refondations », texte d’orientation soutenu notamment par des proches de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et de la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, se veut une « troisième voie » entre la direction sortante et les partisans de l’ancien président François Hollande.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Parti socialiste : A trois mois du congrès, les « anti-Faure » s’organisent

« Aux côtés de Lamia El Aaraje, porte-parole du Parti socialiste et adjointe à la maire de Paris, Claire Fita, vice-présidente de la région Occitanie, et plus de 1 500 signataires », Nicolas Mayer-Rossignol « appelle aux refondations profondes de la gauche et portera l’ambition d’installer un binôme paritaire à la tête du Parti socialiste », précise son communiqué.

Une autre candidate en lice

Samedi, doivent être déposés tous les textes d’orientation en lice pour le congrès du PS prévu en janvier. Outre Olivier Faure, candidat à sa succession, une autre candidate devrait déposer son texte « Refonder, rassembler, gouverner » : Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin soutenue par les « éléphants » du PS et opposante historique à la ligne d’Olivier Faure.

Le congrès sera l’occasion pour ce dernier de plaider pour la poursuite de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes), conclue avec les écologistes, les communistes et surtout les « insoumis », au radicalisme jugé contre-productif voire dangereux par ses détracteurs.

En face, Hélène Geoffroy a déjà annoncé qu’elle suspendrait la participation du PS à la Nupes si elle était élue. Nicolas Mayer-Rossignol, lui, se positionne officiellement entre les deux : ni « gauches irréconciliables » des anti-Nupes, ni « sans la Nupes point de salut » d’Olivier Faure, résume-t-il. Mais l’entourage de celui-ci estime que des négociations sont déjà en cours entre Hélène Geoffroy et les tenants de la ligne de « Refondations » pour s’allier contre la direction sortante.

D’autres textes d’orientation seront-ils dévoilés samedi ? Beaucoup en doutent. Les auteurs d’une autre contribution générale déposée début novembre et baptisée « Combats socialistes » ont déjà annoncé qu’ils se ralliaient à Olivier Faure.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « La gauche réformiste est malade, mais le malade bouge encore »

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici