Meurtre de deux enseignants près de Tarbes : le mari “avait tout préparé”, selon le procureur de la République

0
62

Le procureur de la République de Tarbes a fait le point ce mercredi sur l’enquête sur le double meurtre de Poyastruc.

“Nous avons toutes les raisons de penser qu’il avait tout préparé”, a expliqué ce mercredi  le procureur de la République de Tarbes cité par La Dépêche du Midi. 

Le parquetier a livré quelques éléments de l’enquête sur les meurtres de d’Aurélie Pardon et Gabriel Fourmigué à Pouyastruc, enseignants dans un collège de Tarbes.

A lire aussi :
Hautes-Pyrénées : deux professeurs d’un collège tués par balle

Il a fait état des forts soupçons qui pèsent sur Cédric Tauleygne, époux d’Aurélie Pardon. Le couple, parents d’enfants en bas âge, était semble-t-il en instance de divorce. “Ils étaient séparés, sans que de précédentes tensions soient dénoncées par la victime” a expliqué Pierre Aurignac qui précise que les deux victimes s’étaient rapprochées lors d’un voyage scolaire il y a quelques semaines.

“Plusieurs armes retrouvées”

Les enquêteurs privilégient donc la piste du mari évincé qui se serait vengé. “Lors des perquisitions menées à son domicile, plusieurs armes ont été retrouvées et saisies”, a indiqué le procureur. Des armes toutes déclarées selon La Dépêche du Midi.

Jugé potentiellement dangereux puisque vraisemblablement armé, le suspect aurait déclaré vouloir se suicider aux négociateurs français avec qui il a eu des échanges, selon le quotidien espagnol Heraldo. “Nous ne savons pas s’il veut attenter à ses jours ou simplement échapper à ses responsabilités”, ajoute le procureur, qui se refuse à indiquer la nature du dernier contact téléphonique établi avec le fuyard. “Contact il y a eu, mais il n’y a plus”, a-t-il ajouté.

A lire aussi :
Rebondissement dans l’affaire du double meurtre dans les Hautes-Pyrénées : l’ex-conjoint de la femme abattue, désormais principal suspect, aurait pris la fuite en Espagne

“Une information judiciaire sera ouverte demain par le Pôle criminel de l’instruction de Pau du chef d’assassinats“, a conclu Pierre Aurignac.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici