McKinsey : Emmanuel Macron dit qu’il ne croit pas être « au cœur de l’enquête » relative au financement des campagnes de 2017 et 2022

0
8

Emmanuel Macron a jugé « normal », vendredi 25 novembre, que la justice fasse son travail dans l’affaire McKinsey, du nom d’un cabinet de conseil américain, laquelle s’élargit désormais à ses campagnes électorales de 2017 et 2022.

« Je ne crains rien et (…) je crois que le cœur de l’enquête n’est pas votre serviteur », a affirmé le président, au cours d’un déplacement à Dijon.

« J’ai appris comme vous par la presse qu’il y avait des associations et des élus qui avaient décidé de saisir la justice. C’est normal que la justice fasse son travail, elle le fait librement, elle va faire justement la lumière sur ce sujet. »

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Affaire McKinsey : le rôle du cabinet de conseil dans les campagnes présidentielles de Macron au cœur de deux enquêtes judiciaires

Le Parquet national financier (PNF) a confirmé jeudi l’ouverture de deux informations judiciaires en octobre pour « tenue non conforme des comptes de campagne » et « favoritisme et recel de favoritisme » lors des deux campagnes électorales victorieuses d’Emmanuel Macron, en 2017 et 2022, dans le cadre de la procédure dite « McKinsey ». La présidence de la République a estimé jeudi qu’il appartenait à la justice de conduire ces investigations « en toute indépendance ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Affaire McKinsey : les partis politiques, eux-mêmes pris dans d’autres scandales, réagissent peu

Le Monde avec AFP

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.

Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.

S’abonner

Contribuer

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici