L’incroyable imbroglio autour de l’expulsion de l’imam Hassan Iquioussen

0
55
L’imam Hassan Iquioussen, à son domicile de Lourches (59), en 2019. PIERRE ROUANET/PHOTOPQR/VOIX DU NORD/MAXPPP

DÉCRYPTAGE – Vendredi, la justice administrative a désavoué Gérald Darmanin, en rejetant sa décision d’éloigner le prédicateur.

L’affaire est emblématique. Et sa conclusion finale sera suivie par l’opinion, le monde politique et associatif mais aussi, et peut-être surtout, par la mouvance islamiste, qu’elle se réclame du salafisme ou des Frères musulmans. Vendredi, le tribunal administratif de Paris a suspendu en urgence l’expulsion vers le Maroc de Hassan Iquioussen, prédicateur réputé proche des Frères musulmans.

Son avocate, Me Lucie Simon, a salué «une décision mesurée et salutaire». Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin a aussitôt annoncé qu’il faisait appel devant le Conseil d’État. Marine Le Pen a pour sa part déploré la «lâcheté des gouvernements» et le LR Éric Ciotti a évoqué une décision «incompréhensible». Du côté de la Nupes, le député David Guiraud, qui avait soutenu Hassan Iquioussen, a lâché: «C’est une défaite cinglante pour Gérald Darmanin et tous les apprentis procureurs».

Une décision qui crée la surprise

Le tribunal administratif a jugé que les propos antisémites, antirépublicains et complotistes retenus contre le prédicateur…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici