le “stress” des habitants de Cazaux, éloignés de chez eux, à la recherche de leurs animaux de compagnie

0
65

Trois jours après l’évacuation express de Cazaux (Gironde), près de la dune du Pyla, l’heure des retrouvailles est enfin arrivée entre les animaux restés sur place après l’incendie et leurs propriétaires. Il est 14h30, samedi 16 juillet, le premier convoi organisé par la mairie et des associations démarre du parc des expositions de La Teste-de-Buch en direction du village. “On fera les animaux de compagnie, peut-être les ânes, peut-être les chevaux, les chèvres, que sais-je ?”, plaisante un des responsables de la logistique, tel un Noé devant son arche. Et de conclure : “Ca va le faire !

>> Incendies en Gironde : suivez en direct l’évolution de la situation

Christelle est en tête de file. Quatorze petits kilomètres à parcourir, mais énormément de questions en tête : “J’appréhende le paysage. Je ne sais pas à quoi m’attendre, avec ce qu’on voit à la télé ou sur les réseaux sociaux… Il me tarde quand même de voir chez moi.”

À l’horizon, la maison de Christelle se dessine enfin. Soulagement, elle est intacte. Mais devant la porte, l’angoisse monte. Elle cherche ses clés, ne parvient pas à désactiver son alarme et en oublie même le nom de ses trois chats qu’elle vient pourtant récupérer : “Aloé, Milka et… J’ai perdu”. À première vue, les animaux ne semblent pas dans la maison. Seul Aloé finit par sortir de sa cachette dans le jardin, pas de trace des deux autres.

Christelle met en place un stratagème pour les attirer : “Je mets des croquettes un peu partout, des bols d’eau que je vais mettre tout autour de la maison, là ou ils ont l’habitude d’aller”. Mais les feux menaçant toujours le village, elle n’a pas le temps d’attendre ses deux chats. Retour dans la voiture, dix minutes top chrono après l’arrivée sur les lieux.  Christelle se dit “un peu stressée de ne pas pouvoir rester chez moi, d’avoir refermé la porte jusqu’à quand ? Je ne sais pas.” Un foyer vient de repartir sur la route de Cazaux. “Ce qui m’embête, c’est ça là, la fumée que je vois”, souffle-t-elle.

Face aux flammes et à la fumée, les convois cessent pendant deux heures avant de reprendre plus tard dans la soirée. Au total, 300 familles ont pu ce samedi, retrouver leurs bêtes grâce à cette opération hors norme, au cœur des incendies.

À la recherche des animaux de Cazaux : le reportage de Romane Brisard et Gilles Gallinaro


écouter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici