Le prédicateur du Nord Hassan Iquioussen en voie d’expulsion vers le Maroc

0
59

Hassan Iquioussen, le prédicateur du nord de la France très suivi sur les réseaux sociaux, peut à tout moment être arrêté et expulsé vers le Maroc. Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, l’avait annoncé dès le 28 juillet. Mardi 2 août, il a laissé entendre, à l’Assemblée nationale, que l’affaire serait rapidement réglée : Hassan Iquioussen est désormais inscrit au fichier des personnes recherchées et le Maroc a d’ores et déjà délivré un laissez-passer consulaire pour, selon les termes du ministre, l’« expulser manu militari » de France. Sauf si le référé que son avocate, Me Lucie Simon, annonce avoir déposé mardi soir devant le tribunal administratif de Paris, aboutit avant. « Le droit au recours effectif est garanti par la Constitution, l’expulsion de M. Iquioussen ne saurait avoir lieu avant qu’un juge impartial ne se prononce sur sa légalité », met en garde l’avocate sur Twitter, même si son recours n’est pas suspensif.

Hassan Iquioussen, 58 ans, né en France mais de nationalité marocaine, fait l’objet d’un arrêté ministériel d’expulsion (AME) pris en raison d’« actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination, à la haine ou à la violence contre un groupe de personnes ». En cause, notamment : « Un discours prosélyte (…) porteur d’une vision de l’islam contraire aux valeurs de la République française », « un discours à teneur antisémite particulièrement virulent », prônant la « soumission des femmes au profit des hommes », encourageant le « séparatisme » et le « mépris » de la laïcité, énumère l’AME que Le Monde a pu consulter.

« Ce prédicateur tient depuis des années un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d’égalité entre les femmes et les hommes. Il sera expulsé du territoire français », se félicitait Gérald Darmanin sur Twitter, dès le 28 juillet.

Lire aussi : Hassan Iquioussen, imam accusé de tenir des « discours haineux » et de développer « des thèses antisémites », va être expulsé, annonce Gérald Darmanin

Une décision « juridiquement totalement disproportionnée », soutient Me Lucie Simon, pour qui la méthode utilisée est « dangereuse ». « On se place sur le terrain de la morale, ce qui n’est pas la question juridique de l’expulsion », avance-t-elle, en continuant d’interroger : « Quelles sont l’actualité et la gravité de la menace qu’il représenterait pour justifier son expulsion, alors qu’il a toute sa vie en France, et que les faits qu’on lui reproche ont plus de dix, voire vingt ans ? »

« la tendance la plus dure des Frères musulmans »

Né à Denain, dans le Nord de la France, Hassan Iquioussen est père de cinq enfants, tous français, et grand-père de quinze petits-enfants. « Je suis français dans le cœur et dans l’âme », assène-t-il dans une vidéo postée sur son compte YouTube, le 29 juillet, dénonçant une « injustice » et un « acharnement administratif de la part du préfet du Nord ». Il y explique également que s’il n’a plus la nationalité française, c’est uniquement parce que son père l’a « pris par la main » avant sa majorité, comme son frère et ses sœurs, pour lui faire signer une renonciation. M. Iquioussen affirme avoir ensuite tenté de récupérer par deux fois la nationalité française, mais qu’elle lui aurait été refusée en 1999, selon lui à cause des « liens très forts » qu’il entretient avec l’Union des organisations islamiques en France (UOIF, devenue Musulmans de France), proche des Frères musulmans.

Il vous reste 67.53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici