Le porte-parole du gouvernement appelle à “l’unité de la nation” au terme d’un été “de l’après changement climatique et de la prise de conscience”

0
52

Le porte-parole du gouvernement a de nouveau appelé à “l’unité de la nation”. A la sortie du Conseil des ministres du mercredi 24 août, qui marque la rentrée du gouvernement, Olivier Véran est revenu sur les différents dossiers qui attendaient la classe politique dans les semaines et les mois à venir, au terme d’un été “marqué par les événements climatiques extrêmes”.

Il a également rappelé la tenue, à partir du 8 septembre, du Conseil national de la refondation (CNR), qui doit associer de nombreux acteurs (partis politiques, élus locaux, représentants des corps intermédiaires) pour “partager les diagnostics à l’échelle de la Nation sur des grands enjeux”

Sur la question de l’urgence climatique

OIivier Véran a évoqué un été de “l’après changement climatique et de prise de conscience”“On a pu voir des difficultés d’accès à l’eau potable dans certaines communes (…). Il faut regarder ces problèmes en face et avec lucidité”, a ajouté le porte-parole du gouvernement. Au sujet des incendies, “nous lancerons également un grand chantier pour replanter nos forêts qui ont brûlé et nous renforçons les moyens de sécurité civile pour faire face aux incendies”, a-t-il affirmé.

Interrogé sur la question d’une régulation voire d’une interdiction des vols en jets privés, le porte-parole a assuré que le sujet n’avait pas été évoqué en Conseil des ministres. Il n’a pas donné plus d’éléments sur le sujet, répondant simplement que “l’effort est pour tout le monde, chacun d’entre nous doit faire attention dans [sa] consommation quotidienne.” L’ancien ministre de la Santé a également précisé qu’au sujet de la planification écologique “le gouvernement [présenterait] des paquets de mesures dès l’automne”, rappelant également la loi sur la transition énergétique à venir. 

Sur la crise énergétique

Olivier Véran est également revenu sur le bouclier tarifaire appliqué aux prix de l’énergie pour faire face à l’augmentation des prix des hydrocarbures due à la guerre en Ukraine. Il se poursuivra “jusqu’à la fin de l’année”, et à partir du début de l’année prochaine. “Il y aura peut-être des augmentations mises sur la table et discutées”, a précisé le porte-parole. 

“D’abord, face aux difficultés d’approvisionnement en énergie, électricité et carburant, la première chose qu’on fait c’est qu’on multiplie les sources d’approvisionnement et notamment notre propre capacité à produire de l’électricité”, a précisé Olivier Véran. Le porte-parole du gouvernement a également annoncé la présentation, en septembre, d’un projet de loi pour accélérer la production d’énergie et un plan pour sécuriser les approvisionnements pour l’hiver prochain.

Sur les “sacrifices” face à la “fin de l’abondance”

“Nous protégeons aussi le pouvoir d’achat des Français”, a-t-il poursuivi, en référence au gel du prix du gaz et au plafonnement à 4% de la hausse du prix de l’électricité. “Nous agissons pour l’urgence mais aussi pour l’avenir”, a estimé Olivier Véran. “Ensuite, nous avons aussi un discours de vérité vis-à-vis des Français, pour dire qu’il faut qu’on fasse attention aux ressources qui sont rares et qui ont un impact climatique”, a-t-il ajouté, rappelant que ce point “est indépendant du conflit ukrainien”. Selon lui, “il n’y a pas de volonté de forcer les Français à réduire leur consommation, il y a une volonté d’accompagner les comportements vertueux”.

Il n’y a pas donc “pas de restriction qui soit imposée par l’État”, a assuré Olivier Véran, alors que le président, Emmanuel Macron, avait indiqué en préambule du Conseil des ministres que “nous vivons la fin de l’abondance”, “la fin d’une forme d’insouciance”, face au dérèglement climatique et à la situation géopolitique.

Sur le déplacement d’Emmanuel Macron en Algérie

Le porte-parole est également revenu sur le déplacement d’Emmanuel Macron en Algérie, du 25 au 27 août, pour relancer les relations avec le pays, après plusieurs années de crise. “Le président va s’adresser à la jeunesse qui entreprend et à la communauté française en Algérie”, a annoncé Olivier Véran.

L’ancien ministre de la Santé a également rappelé que l’enjeu était aussi de “poursuivre le travail de mémoire” engagé par la France et l’Algérie. Les questions migratoires entre les deux pays seront également abordées, ainsi que “la crise énergétique”, qui “fera partie des dossiers” sur la table, a précisé Olivier Véran.  Après une longue période de crise, ce déplacement doit contribuer, entre autres, “à approfondir la relation bilatérale”, avait annoncé l’Elysée samedi. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici