l’actu du 2e tour, déjà les polémiques entre Nupes et LREM

0
60



RÉSULTAT LÉGISLATIVES 2022. Au lendemain des résultats du 1er tour des élections législatives 2022 les polémiques n’ont pas tardé avec la Nupes qui accuse le gouvernement d’avoir manipulé les chiffres. Ce qu’il faut retenir de la première journée de campagne d’entre-deux-tours…

Cherchez un résultat aux législatives près de chez vous

L’essentiel

Après une égalité quasi-parfaite au premier tour des élections législatives 2022, la Nupes et La République en Marche ont débuté une campagne de 2e tour dans la polémique ce lundi 13 juin. Les troupes de Jean-Luc Mélenchon accusent le ministère de l’Intérieur d’avoir “manipulé” les chiffres, en classant des candidats Nupes en “divers gauche” pour réduire mécaniquement son score, alors que 20 000 voix seulement séparent les deux formations. “Contrairement à ce que dit M. Mélenchon qui a un problème avec la réalité, nous sommes la force politique qui a le plus de candidats au 2e tour (…) et nous allons être très mobilisés pour obtenir une majorité claire et forte”, a lancé la Première ministre Elisabeth Borne depuis le Calvados, où elle est en ballotage favorable, ce matin.

L’autre polémique de ce lundi, lendemain du premier tour des législatives, concerne les tâtonnements de la majorité présidentielle, qui a hésité hier a appeler clairement au barrage contre le Rassemblement national dans les 58 circonscriptions où elle était éliminée. Plusieurs figures d’Ensemble! sont montées au créneau – Olivia Grégoire, Gabriel Attal notamment – pour marteler que “pas une seule voix” ne devait aller à l’extrême droite. Mais Elisabeth Borne a aussi rappelé que “si on a affaire à un candidat (de la Nupes – NDR) qui ne respecte pas nos valeurs républicaines, qui insulte nos policiers, qui demande de ne plus soutenir l’Ukraine, qui veut sortir de l’Europe” alors “nous n’appelons pas à voter pour lui”.

Les résultats du 1er tour des élections législatives 2022 ont placé la Nupes et LREM dans un mouchoir de poche hier, avec un peu plus de 25% des suffrages chacun (25,75% pour LREM, 25,66% pour la Nupes) selon les résultats complets du ministère de l’Intérieur. Le Rassemblement national est 3e avec un peu moins de 19%, tandis que Les Républicains dépassent tout juste les 10%. Ce 1er tour des élections législatives a donné lieu à une abstention historique de plus de 52%. Voici un aperçu des équilibres nationaux selon les résultats définitifs publiés par le ministère de l’Intérieur :

16:09 – En Essonne, le ton monte entre Amélie de Montchalin et Jérôme Guedj

Le résultat du 1e tour des élections législatives dans la 6e circonscription d’Essonne a envoyé au 2e tour Jérôme Guedj, candidat de la Nupes, et Amélie de Montchalin, ministre et candidate de la majorité présidentielle. Depuis ce résultat, les deux adversaires se tirent dessus à balle réelle. Ce matin sur CNEWS, la ministre de la transition écologique a dénoncé la Nupes comme étant un “accord électoral qui n’est pas un accord de fond et qui promet aux Français le désordre et la soumission […] à la Russie, la soumission à des idées antisémites”. 

Sur Twitter, le socialiste Jérôme Guedj s’est empressé de répondre : “Honte à vous Mme de Montchalin. Vous refusez depuis ce matin les débats avec moi proposés par les médias (BFMTV, Franceinter) et vous insultez quand vous êtes seule en plateau. Quel avilissement, quelle panique, quel mépris pour le débat républicain… Affligeant.”

16:02 – Dans un communiqué, la France insoumise fustige les “tentatives de manipulation” de l’Intérieur

“Les résultats affichés sur le site du ministère de l’intérieur retirent du résultat de la Nupes les candidats qui étaient pourtant investis ou soutenus officiellement par notre alliance et dûment signalés au ministère de l’intérieur”, indique le communiqué de LFI. Le mouvement cite les cas de “Hervé Saulignac en Ardèche, Joël Aviragnet en Haute-Garonne et Dominique Potier en Meurthe-et-Moselle, pourtant investis par le Parti socialiste dans le cadre de l’accord de la Nupes […] Leur simple réintégration permet à la Nupes de figurer en tête des résultats au niveau national”, affirme-t-on. Le communiqué mentionne également les candidats soutenus par la Nupes en Corse et en outre-mer.

La France insoumise dénonce donc ce qu’elle voit comme une “nouvelle manipulation qui vise à faire apparaître artificiellement la coalition présidentielle en tête du premier tour”, et promet de mettre en place “une véritable autorité électorale indépendante, débarrassée des pratiques malhonnêtes du ministre Darmanin”, si elle arrive au pouvoir.

15:40 – Le ministère de l’Intérieur a-t-il manipulé le résultat de la Nupes au 1e tour des législatives ?

La polémique est lancée depuis ce matin par des membres de la France insoumise : les résultats nationaux du 1e tour des législatives, qui placent Ensemble! en tête, omettraient de comptabiliser le score de certains candidats pour la Nupes. Qu’en est-il ? L’affaire se concentre principalement sur les circonscriptions d’outre-mer : plusieurs candidats de ces circonscriptions, qui se sont revendiqués de la Nupes pendant la campagne, apparaissent étiquetés “divers gauche” dans les résultats du ministère de l’Intérieur.

Cela concernerait de quatre candidats en Guadeloupe, un candidat en Mayotte, un autre à St-Pierre et Miquelon, et plusieurs candidats à la Réunion. Mais, pointe le ministère de l’Intérieur, ces candidats n’étaient pas indiqués sur la liste fournie par la Nupes. Et en vérité, un coup d’oeil sur le site nupes-2022.fr permet de constater qu’aucun candidat n’est répertorié pour les circonscriptions d’outre-mer. En métropole, également, l’Insoumis Manuel Bompard pointe plusieurs fautes de classification : le candidat Joël Aviragnet, dont le logo de la Nupes apparaissait sur le matériel électoral, est classé “divers gauche” dans les résultats du ministère. Même observation pour Hervé Saulignac. Ces deux-là figurent pourtant sur la liste évoquée plus tôt. En revanche, la Nupes revendique aussi le député Dominique Potier, candidat en Meurthe-et-Moselle, qui a pour sa part rejeté l’étiquette Nupes.

15:15 – La Nupes et Ensemble! s’accusent mutuellement de vouloir augmenter les impôts

Les deux camps politiques arrivés en tête des résultats du 1e tour des législatives n’ont pas fini de chercher à se discréditer l’un et l’autre. Des deux côtés, l’argument consiste à dire que l’autre camp a un “programme caché” d’augmentation des taxes. Selon la Nupes, Emmanuel Macron compterait augmenter la TVA pour réduire le déficit ; selon Ensemble!, la Nupes voudrait augmenter les impôts de tous les Français pour financer son programme. Ce matin sur France 2, le socialiste Olivier Faure déclarait : “Nous avons des informations. Nous avons en fait quelques éléments qui nous laissent penser que, dans les tiroirs de Bercy, aujourd’hui, il y a un projet qui est d’augmenter une part de la TVA”. 

Affirmation démentie par Elisabeth Borne, lors d’une réunion en visioconférence avec les candidats d’Ensemble! qualifiés au 2e tour des élections législatives : “Notre programme est clair : pas un impôt de plus. C’est ironique de la part de quelqu’un qui veut créer 30 nouvelles taxes et 35 nouveaux interdits”, a-t-elle lancé. Lors de cette réunion, Elisabeth Borne a également traité Jean-Luc Mélenchon de “Premier menteur”, l’accusant de gonfler les chiffres de son camp : “Dès hier, Jean-Luc Mélenchon a montré à nouveau ses pires travers : quand il n’est pas en tête, il accuse les chiffre”.

14:48 – Le référent LREM de Gironde appel à “faire barrage” au RN au 2e tour des législatives

En Gironde, quatre circonscriptions verront un duel Nupes/RN au deuxième tour des législatives 2022. Dans les colonnes du Monde, Aziz Skalli, référent départemental du parti présidentiel, apporte d’abord son soutien aux candidats LREM qualifiés dans le département : “Dimanche 19 juin, le second tour sera celui de la clarification entre des projets diamétralement opposés qui verront les candidats du progrès, profondément républicains et européens, affronter les candidats des extrêmes, ceux du désordre, de la démagogie et de l’isolement.” En ce qui concerne les circonscriptions où les candidats d’Ensemble! ont été éliminé, il adresse également un message clair aux électeurs : “Nous appelons aussi, sans aucune ambiguïté, à faire barrage […] aux candidats du Rassemblement national dans les quatre circonscriptions où ils sont qualifiés, pas une seule circonscription ne doit être laissée au camp de la haine.”

14:20 – La Nupes veut mobiliser les jeunes pour le 2e tour des législatives

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, 69% des 18-24 ans ne sont pas allés voter hier. Or, selon ce même sondage, 42% des jeunes qui ont voté se sont tournés vers la Nouvelle union populaire écologique et sociale. Des chiffres qui ont fait réagit à gauche. Sur Twitter, Olivier Faure interpelle cette classe d’âge : “C’est vous qui détenez l’issue du second tour ! Vous pouvez ouvrir la voie à la planification écologique, à la règle verte, au minimum jeunesse, à la fin de Parcoursup… rejoignez nous le 19 juin et réveillez l’espoir !” Même conclusion de la députée insoumise Mathilde Panot, qui affirme sur BFMTV : “Nous avons la réserve de voix la plus importante.”

13:40 – Selon la France insoumise, “les macronistes bidouillent les résultats des législatives”

Plusieurs Insoumis ont mis en doute les chiffres nationaux officiels du ministère de l’Intérieur, dans les matinales radio et télévisées. Ils reprochent à ces chiffres de ne pas comptabiliser certains candidats soutenus par la Nupes. Dans un texte publié sur le site du mouvement, ils citent notamment deux cas à la Réunion, où “le député LFI Jean-Hugues Ratenon et la députée Karine Le Bon, membre du Parlement de l’Union Populaire, sont classés dans la nuance… ‘Divers gauche’.”  Sur Twitter, Manuel Bompard affirme que cette mauvaise classification concerne aussi “trois candidats” en “métropole”.

12:34 – Stanislas Guerini appelle finalement à voter Nupes face à Marine Le Pen dans le Pas-de-Calais

Plus tôt dans la matinée, la candidate d’Ensemble! dans la circonscription de Marine Le Pen (11e du Pas-de-Calais), éliminée des législatives hier soir, appelait à voter blanc au 2e tour. Elle refusait ainsi de soutenir l’écologiste Marine Tondelier, qualifiée au 2e tour face à Marine Le Pen. Quelques heures plus tard, le député général de LREM Stanislas Guerini rectifie le tir sur Twitter : “Soyons très clairs : pas une voix pour le RN. Face à Marine Le Pen, j’appelle à voter Marine Tondelier au second tour des élections législatives.”

12:30 – En Meurthe-et-Moselle, le candidat d’Ensemble! appelle à voter Nupes pour faire barrage au RN

Ergün Toparslan, candidat investi par la majorité présidentielle dans la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle, a été éliminé hier des élections législatives 2022. Les résultats du 1e tour qualifient la députée insoumise sortante Caroline Fiat et le candidat du RN Anthony Boulogne. Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, relayée par France Bleu, Ergün Toparslan indique ses consignes de vote pour dimanche prochain : “C’est un second tour qu’on voulait absolument éviter entre l’extrême droite et l’extrême gauche. Malgré tout, pour le second tour, j’appelle à voter pour Caroline Fiat. Le territoire ne peut pas se permettre d’avoir un député du Rassemblement National.”

12:20 – Les quatre députés Nupes élus au 1e tour des législatives se rendront à l’Assemblée ce lundi

La France insoumise annonce à BFMTV que ses quatre députés élus hier soir, dès le 1e tour des législatives, se rendront devant l’Assemblée national dès cet après-midi. Parmi ces quatre, deux siègent déjà au Parlement depuis 2017 : Alexis Corbière et Danièle Obono. Deux nouvelles rejoignent les rang de LFI :  Sophia Chikirou et Sarah Legrain. Au niveau national, une autre circonscription a réélu son député dès le 1e tour des élections législatives : il s’agit de la 3e circonscription de Mayenne, qui a donné une majorité absolue au député sortant Yannick Favennec, membre d’Horizons.

12:04 – Selon Alexis Corbière, les chiffres de l’Intérieur ne comptent pas certains candidats soutenus par la Nupes

Hier soir, les estimations donnaient la Nupes en tête du 1e tour des élections législatives. Ce matin, les résultats officiels du ministère de l’Intérieur placent la confédération présidentielle Ensemble! en tête. Un écart que la France insoumise conteste : “Je dis que ces chiffres sont faux”, lance le député Alexis Corbière, réélu hier soir, sur BFMTV. Selon lui, le ministère de l’Intérieur “nous supprime des candidats sans aucun doute. Il considère que des candidats que nous soutenions n’étaient pas Nupes, il ne les compte pas. Il considère que, dans les DROM-COM, les candidats que nous soutenons ne sont pas dans la Nupes, il ne les compte pas. Et ça l’amène à ce chiffre. C’est dire combien il est mal : il a besoin, encore ce matin, de considérer que l’événement qui a eu lieu n’est pas cette fulgurante progression de cette alliance magnifique.”

11:50 – Elisabeth Borne répète la position de son camp en cas de duel Nupes/RN au 2e tour des législatives

Dans 59 circonscriptions, le 2e tour des élections législatives opposera un candidat du Rassemblement national à un candidat de la Nupes. Dans ces cas là, la Première ministre, depuis sa circonscription du Calvados, a de nouveau précisé la posture de son camp : “Notre proposition, c’est aucune voix pour le RN”, a-t-elle répété. “Et pour la Nupes, si on a à faire à un candidat qui ne respecte pas les valeurs républicaines, qui insulte nos policiers, qui demande de ne plus soutenir l’Ukraine, qui veut sortir de l’Europe, alors nous n’allons pas voter pour lui.” En revanche, “un candidat de la Nupes qui respecte les valeurs républicaines, nous le soutiendrons”. Elisabeth Borne a par exemple apporté son soutien à Fabien Roussel, en ballotage favorable dans la 20e circonscription du Nord.

11:32 – Selon l’Intérieur, “aucun candidat outre mer” ne figurait sur la liste transmise par la Nupes

Alors que des membres de la France insoumise accusent les chiffres du ministère de l’Intérieur de ne pas comptabiliser tous les candidats soutenus par la Nupes, l’Intérieur a répondu à l’AFP. Selon ses dires, une “liste pourtant très complète” de “l’ensemble des candidats à qui il conviendra d’attribuer la nuance ‘Nupes'” a été communiqué par cette dernière. Sur celle-ci, “ne figurait aucun candidat outre mer”, assure le ministère. Pourtant, des candidats encartés dans les partis membre de la Nupes ont été qualifiés pour le 2e tour dans de nombreuses circonscriptions d’outre-mer.

11:13 – La candidate Nupes qui va affronter Marine Le Pen au 2e tour réagit à l’appel d’Ensemble! à voter blanc

“La honte et le déshonneur”, écrit Marine Tondelier sur Twitter. La candidate écologiste de la Nupes s’est qualifiée de justesse au 2e tour des législatives face à Marine Le Pen, hier soir, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais. Or, la candidate de la majorité présidentielle Alexandrine Pintus, arrivée en 3e position, vient d’appeler ses électeurs à voter blanc dimanche prochain. Une posture qui indigne Marine Tondelier. Elle n’est d’ailleurs pas la seule : sur Twitter, le socialiste Olivier Faure déplore l’attitude de la majorité présidentielle. “Nous avons fait barrage à l’extrême-droite lors de la présidentielle. Mais face à Marine Le Pen la candidate LREM refuse de se désister en faveur de Marine Tondelier, l’écologiste candidate de la NUPES. Visiblement le front républicain est à géométrie variable.”

11:03 – Pap Ndiaye appelle sans ambiguïté au “front républicain” au 2e tour des législatives

Le nouveau ministre de l’Education exprime la position la plus claire du gouvernement, à ce stade. Sur son compte Twitter, il donne sa propre consigne de vote pour le 2e tour des élections législatives : “Quelle que soit la configuration aucune voix ne doit aller au Rassemblement national. Le combat contre l’extrême droite n’est pas un principe à géométrie variable. Front républicain.” Si les autres membres du gouvernement appellent également à ne donner aucune voix au RN, ils laissent aux candidats locaux de la majorité présidentielle le soin de juger s’il faut appeler à voter pour la Nupes.

LIRE PLUS

La carte des résultats des législatives ci-dessous est colorée selon le candidat arrivé en tête au premier tour. Au survol s’affiche la liste des candidats qualifiés pour le second tour dimanche prochain. Il est possible de zoomer pour découvrir les résultats de sa circonscription.

Les premiers sondages sur le 2e tour des élections législatives 2022 vont venir suivre de très près le résultat du premier tour. Les sondeurs vont pouvoir élaborer des estimations grâce aux grands équilibres de ce premier round et des candidats qualifiés dans chaque circonscription. Les enquêtes d’intentions de vote donneront un aperçu plus précis du nombre de sièges que chaque formation politique pourra obtenir à l’Assemblée nationale le 19 juin prochain. Pendant toute la campagne, Linternaute.com à regroupé les mesures des intentions de vote dans son compilateur de sondages. Découvrez les premières enquêtes sur le 2e tour. 

Contrairement à l’élection présidentielle qui bénéficiait d’une campagne d’entre-deux-tours de deux semaines, les candidats aux législatives qualifiés pour le second tour ont une petite semaine pour faire campagne avant le deuxième round, programmé le 19 juin soir dimanche prochain. La date limite de dépôt des candidatures pour le second tour est fixée au 14 juin à 18h. La campagne officielle s’achèvera le vendredi 17 juin à minuit. A l’étranger et en Polynésie française, le deuxième tour des législatives se tiendra une journée plus tôt qu’en métropole. Dans certains départements et collectivités d’outre-mer, les électeurs votent aussi aux législatives le samedi précédant.

L’élection législative s’effectue au suffrage universel direct, par un scrutin dit “majoritaire uninominal à deux tours”, dans chaque circonscription. Le candidat ou la candidate élu(e) à l’issue de cette législative et qui héritera d’un des 577 sièges de député sera celui ou celle qui a obtenu la majorité des suffrages exprimés au second tour (et non plus la majorité absolue comme au premier tour). En cas d’égalité parfaite de suffrages,  c’est le candidat le plus âgé qui est élu.

Pour rappel, pour se qualifier pour le deuxième tour, un candidat doit avoir recueilli au premier un nombre de voix au moins égal à 12,5% du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription. Si un seul ou aucun candidat n’a obtenu les 12,5% de voix d’inscrits, les deux candidats arrivés en tête sont qualifiés pour le second tour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici