La mutation d’Emmanuel Macron, un « optimiste de la volonté » devenu inquiet du « grand bouleversement du monde »

0
65

Au rayon des mues présidentielles, celle-ci paraît fondamentale. Il y a encore quelques mois, Emmanuel Macron se définissait comme un « optimiste de la volonté », capable de disserter à la télévision sur le « jour d’après » l’épidémie de Covid-19, alors que les malades commençaient tout juste à confluer vers les hôpitaux. Chaque crise dessinait, à ses yeux, la possibilité d’un rebond. Une disposition d’esprit que le temps et le contexte international, marqué par la guerre en Ukraine, semblent avoir patinée.

Le président de la République a ouvert le conseil des ministres, mercredi 24 août, avec un propos liminaire particulièrement sombre. Dans un exposé de douze minutes – retransmis, fait rare, en direct sur les chaînes d’information en continu –, le locataire de l’Elysée a disséqué le « grand bouleversement du monde » à travers trois « fins » : « fin de l’abondance, fin de l’insouciance, fin des évidences ». Sans que la perspective d’un coin de ciel bleu apparaisse.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Rentrée politique : derrière le « président des crises » Macron, les interrogations grandissantes sur l’absence de cap

La « fin de l’abondance », c’est celle de l’accès aux matières premières et aux produits « qui nous semblaient perpétuellement disponibles », a reconnu Emmanuel Macron. La crise sanitaire puis le conflit ukrainien ont réduit la voilure des échanges internationaux et l’espoir d’une mondialisation heureuse.

C’est aussi l’accès à l’eau, raréfié en raison du réchauffement climatique, mais également celui aux « liquidités sans coût », a ajouté le chef de l’Etat. Les taux d’intérêt négatifs appartiennent désormais au passé. « Nous aurons à en tirer les conséquences en termes de finances publiques », a prévenu M. Macron. Requiem pour le « quoi qu’il en coûte ».

« Notre liberté a un coût »

Si le bouclier tarifaire sur les coûts de l’énergie a été pérennisé jusqu’à la fin de 2022, « nous ne pourrons pas indéfiniment geler les prix », a indiqué le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran. En particulier au moment où la Russie menace de couper ses approvisionnements en gaz afin de punir l’Occident pour son soutien à l’Ukraine. Une décision qui se traduirait par une flambée des cours sur les marchés.

« Notre liberté (…) a un coût », a estimé Emmanuel Macron, ce qui « peut supposer des sacrifices » et des « efforts ». Il s’est toutefois gardé de préciser lesquels. « Il n’y a pas de restrictions qui soient imposées par l’Etat », a tempéré M. Véran, à l’issue du conseil des ministres, niant toute « volonté de forcer les Français à réduire leur consommation » d’énergie. Pour l’instant.

Le président de la République s’inquiète d’une « montée des régimes illibéraux » et d’un « renforcement des régimes autoritaires »

Il vous reste 52.98% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici