Julien Bayou (EELV) veut déposer une proposition de loi à l’automne pour «bannir les jets privés»

0
67

Le député de Paris considère que certaines «élites» sont en «sécession». «Nous sommes sur la même planète, mais plus dans le même monde», raille le patron d’EELV.

Il veut en faire un symbole face à la grogne qui monte sur les réseaux sociaux. Depuis quelques semaines, plusieurs comptes Twitter comme CelebrityJets traquent à la loupe les déplacements en jets privés des milliardaires français, à l’image de Bernard Arnault ou de Vincent Bolloré. Et pointent du doigt ces grandes fortunes, dont les avions peuvent réaliser plusieurs vols quotidiennement. Dans une interview à Libération, le député EELV de Paris Julien Bayou affirme qu’«il est temps de bannir les jets privés».

«C’est la mesure qui pénalise le moins de monde pour l’impact le plus grand et le plus immédiat en faveur du climat», explique le Secrétaire national d’EELV. «Comment demander des efforts à la population, comment imaginer une transition juste, si les plus riches sont complètement exonérés de tout ? Clouer les jets au sol, c’est les ramener sur terre à la raison», martèle ironiquement l’élu écologiste. L’occasion d’annoncer le dépôt d’une proposition de loi à l’automne et d’un «projet (qui) sera très ouvert» avec d’autres députés de la Nupes mais également ceux du Modem. Même si cette dernière n’a que peu de chances d’obtenir une majorité à la Chambre basse. Si Julien Bayou souhaite lancer «une initiative européenne» sur la question, il n’hésite pas par ailleurs à mettre en garde les autres moyens de transport luxueux qu’utilise une partie de la population très aisée.

Les «méga-yatchs» également visés

«Je considère que les méga-yatchs et d’autres signes ostentatoires de pollution font aussi partie du package pour une transition juste», annonce-t-il. Pour le coprésident du groupe EELV à l’Assemblée nationale, «c’est l’histoire de la sécession des élites : nous sommes sur la même planète, mais plus dans le même monde.» Façon pour Julien Bayou pour mieux tancer la sobriété énergétique demandée par le président de la République aux Français lors de son interview télévisée du 14 juillet dernier alors qu’il y a, selon lui, une «impunité pour les plus grands pollueurs». Pour l’élu d’EELV, «la transition ne peut être écologique et possible que si elle est juste.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici