Journée d’action syndicale : la réforme des retraites rejoint le pouvoir d’achat en tête des revendications

0
56

Le thème des retraites revient en force sur les banderoles syndicales. Actualité oblige, il est au cœur des revendications portées par la CGT, la FSU et Solidaires, à l’occasion d’une journée d’action interprofessionnelle, jeudi 29 septembre, à travers l’ensemble du territoire. Lorsqu’elle avait été annoncée au début de l’été, cette initiative mettait surtout en avant le pouvoir d’achat, amputé par l’inflation. Ce mot d’ordre continue d’apparaître sur la première ligne du cahier de doléances, mais s’y entremêle désormais une autre préoccupation : la durée des carrières professionnelles, que l’exécutif veut allonger par le biais d’une réforme des régimes de pension dont le contenu et le calendrier demeurent flous. Un slogan résume bien l’état d’esprit ambiant : « Augmenter les salaires, pas l’âge de la retraite ».

Jeudi, plus de 200 rassemblements sont programmés partout en France. Grèves, manifestations, débrayages… Toutes les fédérations de la CGT, du public comme du privé, ont été invitées à battre le pavé. Outre les trois syndicats de salariés à la pointe du combat, plusieurs mouvements d’étudiants et de lycées ont répondu présent : l’UNEF, la FIDL, le MNL, Voix lycéenne.

A Paris, il était prévu que le cortège s’élance de la place Denfert-Rochereau et prenne la direction de la Bastille. Les arrêts de travail dans l’éducation nationale devaient par ailleurs se traduire par la fermeture de nombreux établissements, en particulier dans la capitale et dans plusieurs agglomérations. La RATP, de son côté, s’attendait à des perturbations significatives sur son réseau de bus et sur la ligne B du RER. « On sent une dynamique assez combative chez les salariés », estime Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT, en faisant allusion aux multiples conflits qui ont éclaté dans les entreprises au sujet de la fiche de paye. Pour elle, cette journée d’action de jeudi constitue une étape. « Il y en aura d’autres », dit-elle, le but étant de faire durablement pression sur les patrons et sur les pouvoirs publics.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Pour les salariés, « le principal sujet reste le pouvoir d’achat »

« Elever le rapport de force »

L’envie de protester est décuplée par le projet de l’exécutif sur les retraites : recul de l’âge d’ouverture des droits ou accroissement de la durée de cotisation ? Adoption des mesures dès l’automne – pour une entrée en vigueur pendant l’été 2023 – ou dans un délai plus lointain, après une véritable concertation ? Quelles que soient les options retenues, les organisations impliquées dans la lutte sont contre et cherchent « à mobiliser là-dessus, en appuyant sur les atermoiements du gouvernement, dans le but d’élever le rapport de force », explique Benoît Teste, secrétaire général de la FSU. « La question des retraites est dans la tête de beaucoup de monde, observe Murielle Guilbert, codéléguée générale de Solidaires. Il existe une menace qui peut ajouter de la colère sociale. »

Il vous reste 55.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici