Jean-Michel Blanquer a annoncé depuis Ibiza le protocole de la rentrée scolaire de janvier

0
83

Les difficultés s’enchaînent pour Jean-Michel Blanquer. Le ministre de l’éducation nationale, qui fait face à une fronde des enseignants contre le protocole sanitaire imposé dans les écoles depuis la rentrée, voit les critiques reprendre de plus belle après un article de Mediapart, qui a révélé, lundi 17 janvier, que le locataire de la rue de Grenelle se trouvait en vacances sur l’île d’Ibiza, en Espagne, au moment de finaliser ce protocole et d’accorder une interview au Parisien pour en dévoiler le contenu.

Cet entretien (qui n’était accessible qu’aux abonnés), publié dans l’après-midi du dimanche 2 janvier, à seulement quelques heures de la rentrée, avait été critiqué pour son caractère tardif, ne permettant pas aux personnels scolaires d’avoir le temps de se l’approprier. Surtout, la lourdeur du dispositif et la multiplication des changements dans le protocole sanitaire ont conduit à un vaste mouvement de grève dans les écoles, qui a vu les parents d’élèves s’associer, le 13 janvier, à la colère des enseignants. Une nouvelle journée de mobilisation est prévue jeudi 20 janvier, à l’appel des syndicats, pour réclamer des « réponses fortes » du gouvernement face « au chaos » engendré par la crise sanitaire.

Retrouvez le décryptage : Article réservé à nos abonnés La stratégie de Jean-Michel Blanquer à l’épreuve de la rentrée scolaire

« Insupportable, irresponsable »

L’opposition, elle, réclame déjà la démission du ministre de l’éducation. « Au lieu de préparer avec les enseignants et les parents d’élèves une rentrée sous Covid, le ministre organisait un coup médiatique les pieds dans le sable. Ce niveau de mépris et d’irresponsabilité n’est pas acceptable », a ainsi dénoncé sur Twitter le candidat écologiste à l’élection présidentielle, Yannick Jadot, pour justifier cet appel à la démission. « Le retard dans la communication du protocole était officiellement lié à la nécessité de coller à la réalité de la rentrée. Quand l’improvisation naît d’un mensonge, la confiance n’est plus possible », a également tweeté le premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure, qui ajoute le hashtag « #blanquerdémission ».

L’élue écologiste Sandrine Rousseau a apporté sa voix aux critiques, tout comme le député La France insoumise (LFI) Bastien Lachaud, qui a fustigé l’attitude « insupportable, irresponsable » d’un ministre qui « se prélasse à Ibiza et présente » un protocole « inepte au dernier moment ». « Qu’il dégage et qu’il y retourne ! », s’est emporté sur Twitter l’élu proche de Jean-Luc Mélenchon. « Trop c’est trop. Jean-Michel Blanquer doit démissionner », a abondé sa collègue de LFI Mathilde Panot.

Il vous reste 64.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici