Insultes contre le député Louis Boyard : Cyril Hanouna regrette ses propos mais ne s’excuse pas, les deux hommes annoncent porter plainte

0
10

« On vient pas chez les gens pour chier sur le tapis. » Dès le premier quart d’heure de la séquence de 2 h 15 (auxquelles il faut retrancher les publicités) que « Touche pas à mon poste » (« TPMP ») a consacrées à « l’affaire » Louis Boyard, lundi 14 novembre dans la soirée, le ton était donné : loin de s’adonner à un mea culpa pour les propos injurieux tenus à l’encontre du député La France insoumise (LFI) le 10 novembre, l’émission de C8 s’est au contraire attachée à faire le minutieux procès de l’élu.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Cyril Hanouna insulte le député LFI Louis Boyard et provoque un tollé

En début d’après-midi, le député avait annoncé sa décision de porter plainte contre l’animateur. Venu, jeudi 10 novembre, aborder le sort des 234 migrants recueillis par le navire humanitaire Ocean-Viking, Louis Boyard avait été traité d’« abruti », de « nase », de « tocard » ou encore de « bouffon » après qu’il avait tenté de faire état des agissements de Vincent Bolloré, premier actionnaire de Vivendi et donc propriétaire du groupe Canal+, sur le continent africain.

Lundi soir, Cyril Hanouna a annoncé, à son tour, vouloir porter plainte contre son ancien chroniqueur, « pour toute la diffamation qu’il a eue à notre égard ». Juste avant de quitter le plateau, Louis Boyard avait accusé son hôte de « faire monter le racisme », d’avoir « fait de la thune sur Zemmour » et « dansé sur l’affaire Lola ». Quelques jours plus tôt, le 19 octobre, des dirigeants de la chaîne vêtus de déguisements bling-bling étaient venus sur le plateau fêter les bonnes audiences de l’émission. Notamment celles de la veille quand, dans un débat consacré à la mort de la petite Lola, Cyril Hanouna s’était prononcé pour « un procès rapide », et une peine de « perpétuité direct » pour la suspecte du meurtre.

Lire notre portrait : Article réservé à nos abonnés Cyril Hanouna, puéril en la demeure

« Il est juste à visage découvert »

Plusieurs fois au cours de l’émission, l’animateur-producteur a rappelé qu’il ne s’excusait « pas du tout », mais seulement qu’il regrettait les « propos injurieux ». « C’est comme le coup de boule de Zidane, qui dit “je ne le regrette pas mais je n’en suis pas fier” », a comparé l’animateur, excusant son attitude par son caractère éruptif. Trois députés (Karl Olive pour Renaissance, Pierre-Henri Dumont pour Les Républicains, Julien Odoul pour le Rassemblement national) et un ancien député (Eduardo Rihan-Cypel, ancien du Parti socialiste passé chez Territoires de progrès), ont apporté leur concours à cet interminable règlement de comptes en critiquant le comportement global des députés issus de La France insoumise à l’Assemblée nationale.

Posté derrière son écran, le député des Bouches-du-Rhône Manuel Bompard n’en a semble-t-il pas perdu une goutte. « Ce soir sur “TPMP”, une heure de débat pour défendre le soldat Hanouna, a-t-il tweeté. Au programme : mensonges, absence totale de contradiction, diffamation. On est jamais mieux servi que par soi-même. Allo l’Arcom [ex-CSA], c’est Bolloré qui vous paie aussi ? »

Il vous reste 29.46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici