François Fillon fait le sourd face aux soupçons d’ingérences russes

0
27

François Fillon n’a pas tellement changé. En pleine campagne présidentielle, en 2017, alors que ses déboires judiciaires soulevaient des contradictions entre son discours et son éthique personnelle, il était resté sûr de son bon droit, sourd aux conseils de ses fidèles lui suggérant de passer la main.

Mardi 2 mai, interrogé sur ses relations avec le régime russe par la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences politiques, économiques et financières de puissances étrangères, l’ancien premier ministre a montré cette même incrédulité. Face aux interrogations sur son recrutement par des entreprises russes proches du Kremlin, il a assuré qu’il ne voyait pas en quoi cela pouvait être perçu comme un lien de sujétion vis-à-vis du président russe, Vladimir Poutine.

Pour sa dernière semaine d’audition, cette commission – créée le 6 décembre 2022, et présidée par le député (Rassemblement national, RN) de la Somme Jean-Philippe Tanguy, dont le parti aimerait se défaire des accusations d’allégeance à Moscou –, souhaitait évoquer la présence de M. Fillon au sein du conseil d’administration des entreprises russes Sibur (pétrochimie) et Zarubezhneft (hydrocarbures). Il avait dû, contraint et forcé, démissionner de ces postes après l’agression russe en Ukraine, le 24 février 2022. Mais avait-on affaire à une forme d’ingérence en donnant ainsi, à la Russie, accès aux relations, carnet d’adresses et secrets conservés par l’ancien premier ministre ou d’une simple reconversion ?

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le personnel politique français, cible de choix des espions russes, selon la DGSI

Après vingt-deux ans de mandats parlementaires et douze années comme ministre et chef du gouvernement, M. Fillon considère avoir quitté la vie publique, en 2017, et bénéficier, à ce titre, du droit de travailler comme quiconque. Il est alors devenu associé dans un fonds d’investissement avant de monter, en 2020, sa propre activité de conseil pour accompagner les entreprises souhaitant investir, notamment en Russie. C’est ainsi qu’il a œuvré pour la société française Cifal, aujourd’hui visée par une enquête préliminaire du Parquet national financier pour des soupçons de corruption d’agent public étranger, investigations dont il se dit tout à fait étranger.

« Je n’ai de comptes à rendre à personne »

En 2021, François Fillon assiste à ses premiers conseils d’administration de Zarubezhneft puis de Sibur. « Ce n’est pas une fonction exécutive », rappelle-t-il. Néanmoins, il confirme que Zarubezhneft est bien une société d’Etat et que c’est un décret qui a officialisé sa nomination. Mais ce groupe pétrolier n’intervient, selon lui, qu’en dehors de la Russie, surtout en Asie et en Amérique latine, ce qui, à l’entendre, l’exonère de tout conflit d’intérêts. Sibur est quant à elle une entreprise totalement privée, ce qui, toujours selon le raisonnement de l’ancien premier ministre, en fait également un non-sujet.

Il vous reste 55.26% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici