Eric Ciotti réfute tout cumul douteux d’emplois de son ex-femme

0
7

Dans son édition du mercredi 16 novembre, Le Canard enchaîné affirme que l’ancienne épouse du député Eric Ciotti (Les Républicains, LR), Caroline Magne, a cumulé divers emplois à l’Assemblée nationale, à Nice et au département, auprès de son époux ou d’alliés politiques.

Attachée de presse de Christian Estrosi, elle est devenue, en 2007, attachée parlementaire d’Eric Ciotti lorsqu’il a été élu à l’Assemblée, en plus d’un emploi obtenu au conseil départemental des Alpes maritimes lorsque son époux en a pris la présidence, en 2008.

L’article révèle aussi qu’elle est devenue directrice adjointe du maire de Nice avant d’intégrer l’équipe de pilotage de la communauté urbaine, exerçant ces responsabilités jusqu’en 2011. A l’Assemblée, son contrat a pris fin en 2016, mais elle a également, entre 2014 et 2016, exercé des responsabilités dans la commune de La Colle-sur-Loup, et eu un emploi au diocèse de Nice entre 2012 et 2014, assure Le Canard enchaîné.

Eric Ciotti se dit « attaqué »

Eric Ciotti, candidat à la présidence de son parti, s’est dit « bassement attaqué », mercredi après les révélations du journal, à la veille de l’élection pour la présidence du parti Les Républicains, début décembre. « Dans les deux cas, le cumul d’activité n’a jamais dépassé quarante-quatre heures par semaine », a-t-il répliqué dans un communiqué.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Présidence de LR : Ciotti, Pradié et Retailleau sur la ligne de départ

Le député a expliqué avoir employé Caroline Magne comme collaboratrice parlementaire « à temps très partiel » et « dans le strict respect des lois et règlements ». Son emploi « en circonscription » atteignait « cinq heures vingt-cinq par semaine », a-t-il assuré. Quant à celui à la mairie de La Colle-sur-Loup, « la durée de travail hebdomadaire n’a jamais dépassé neuf heures par semaine », a-t-il précisé.

« L’explication est assez claire, quand vous dites qu’il n’y a aucun élément contestable en droit, je ne vois pas a priori où est le sujet », a affirmé sur Public Sénat le patron des députés LR Olivier Marleix. Sur la même chaîne, la sénatrice Valérie Boyer (LR) s’est, elle, dite « fatiguée de ces attaques perpétuelles pour discréditer nos candidats, c’est quelque chose qui me semble très malsain pour la démocratie ».

De son côté, Christian Estrosi, mentor d’Eric Ciotti avant leur brouille, a refusé de commenter cette affaire. « Je me rappelle un collaborateur qui était plutôt intègre et plutôt rigoureux », a simplement dit sur France 2 le vice-président d’Horizons.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Présidence du parti Les Républicains : à droite, l’éternel recommencement

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici