Emmanuel Macron assistera à la messe du pape François, le 23 septembre au stade Vélodrome à Marseille

0
12

Le président Emmanuel Macron assistera samedi 23 septembre à la grande messe donnée par le pape François au stade Vélodrome à Marseille, qui sera un « événement populaire » et « festif », a déclaré jeudi l’Elysée.

Rejetant les critiques d’élus de gauche qui ont estimé qu’une telle présence serait contraire au principe de laïcité, l’entourage du chef de l’Etat a estimé que la séparation entre l’Eglise et l’Etat n’excluait « absolument pas que la République entretienne des relations » avec « tous les cultes ». Il a précisé que le président ne participerait pas « à l’eucharistie », c’est-à-dire qu’il ne communiera pas.

Dès mercredi, des députés de La France insoumise (LFI) s’étaient indignés mercredi de la possibilité, révélée par La Croix, qu’Emmanuel Macron assiste à la messe géante. « Je respecte la foi et les fidèles. Mais, je suis en désaccord avec le fait qu’un élu et en particulier le Président de la République, participe ès qualités à une cérémonie religieuse », s’est indigné sur X (anciennement Twitter) le député LFI Alexis Corbière. C’est « une erreur », a-t-il insisté dans un message séparé.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Visite du pape : Marseille en pleins préparatifs, entre ferveur et pression

« Le pape est le bienvenu en France. Son action pour les migrants en Méditerranée peut être décisive », a pour sa part estimé le leader Insoumis Jean-Luc Mélenchon, sur la même plateforme. « Macron tape l’incruste sans respect pour sa propre fonction. Les sifflets à la messe seront pour lui, pas pour le pape », a-t-il embrayé, en allusion aux récentes huées essuyées par le chef de l’Etat au Stade de France lors de l’ouverture du Mondial de rugby.

Visite sur la question migratoire

Faisant référence à la polémique récente sur l’abaya, vêtement traditionnel porté par des musulmanes interdit depuis la rentrée dans les établissements scolaires, le député LFI Bastien Lachaud a estimé sur X qu’Emmanuel Macron « se moque de la laïcité et piétine ses principes, la séparation des Églises et de l’État, la neutralité de l’État vis-à-vis des religions ».

« Ça repousse un projet de loi pour ne pas risquer de froisser le chef de l’Église catholique, ça va à la messe du pontife… Ah bah y’a plus de laïcité qui tienne, tout d’un coup ? #Tartuffe », a critiqué une autre députée insoumise Danièle Obono, en référence au projet de loi sur la fin de vie qui ne sera présenté qu’après la visite du Pape.

La messe présidée par François, en visite à Marseille sur la question migratoire les 22 et 23 septembre, doit se tenir au stade vélodrome qui comprend 60 000 places.

Le souverain pontife assistera à la rencontre des évêques de la Méditerranée pendant son séjour et se déplacera en papamobile sur l’avenue du Prado. Il doit également rendre un hommage aux migrants et aux souffrances qu’ils endurent à la recherche d’une vie meilleure. Il a répété cet été se rendre « à Marseille, pas en France », rappelant qu’il ne s’agissait pas d’une visite d’État.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici