Dati, Schiappa… Chez les Insoumis, l’opération «invitations» a fait salle comble

0
60

Samedi à Valence, Rachida Dati et Olivia Grégoire, après Marlène Schiappa et Clément Beaune la veille, se sont volontiers prêtés à l’exercice du débat en terre hostile, jusqu’à se faire bousculer, au plus grand plaisir des militants Insoumis réunis jusqu’à dimanche pour leur université d’été.

À Valence

Vendredi, quelques heures avant le premier débat face à Marlène Schiappa, le député LFI Alexis Corbière (Seine-Saint-Denis) était stressé. «Il va falloir que ça se passe bien», glissait-il à ses proches. Samedi, la ministre Olivia Grégoire, chargée des petits et moyennes entreprises, questionnait, préoccupée elle aussi, à l’issue d’un débat sur l’économie avec un autre député Insoumis, Adrien Quatennens (Nord) : «Alors, c’était comment ?»

L’exercice, inédit chez les Insoumis, était périlleux pour tous. Plus d’un millier de militants, sur les quelque 4000 revendiqués par les organisateurs de cette université, la plus importante à gauche et de loin, se sont pressés à chacun de ces évènements-spectacles. Des rencontres destinées à se prévaloir du statut de principale opposition chez LFI, et à tendre la main au pays à la veille d’une rentrée sociale houleuse pour les autres. À faire entendre aussi une différence au sein de la majorité.

Olivia Grégoire, meilleure ennemie de classe

C’est sans doute samedi matin, avec Olivia…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici