Corbeil-Essonnes : rançon, patients réorientés… Ce que l’on sait de la cyberattaque qui paralyse l’hôpital sud-francilien

0
47

Le Centre hospitalier Sud francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes (Essonne) a déclenché son plan blanc hier à la suite d’une attaque informatique survenue sur son réseau dans la nuit de samedi à dimanche à 1 heure du matin, annonce la direction de l’établissement dans un communiqué ce lundi matin. Une rançon de 10 millions de dollars a été demandée par les pirates, comme le confirme au Parisien la direction de l’hôpital. « Une procédure a aussitôt été mise en place par l’Agence régionale de santé (ARS). Ce n’est pas le premier établissement de santé attaqué de la sorte. Nous allons donc pouvoir nous appuyer sur ce qui a été déjà été fait. Dans tous les cas, il serait contre productif de payer cette rançon », précise Medhy Zeghouf, le président du conseil de surveillance du CHSF.

Cette attaque rend pour l’heure inaccessible tous les logiciels métiers de l’hôpital, les systèmes de stockage, notamment d’imagerie médicale, et le système d’information ayant trait aux admissions de la patientèle. L’Autorité Nationale en matière de Sécurité et de Défense des Systèmes d’Information (ANSSI) a été rapidement saisie par la cellule de crise. Des experts ont été mandatés par cette autorité pour intervenir rapidement afin « d’identifier la source de l’attaque, analyser son périmètre sur notre réseau et sécuriser les sauvegardes », précise l’hôpital.

Des patients redirigés vers d’autres hôpitaux

Depuis dimanche et dans un souci de sécurité, les patients dont les soins nécessitent l’accès au plateau technique, comme le scanner, IRM ou radio, sont adressés au sein du réseau des hôpitaux publics d’Île-de-France en lien avec l’ARS, et avec le concours du SAMU-SMUR 91. Aux urgences, les patients qui se présentent spontanément sont évalués puis possiblement adressés à la Maison Médicale de Garde du CHSF.

« L’établissement met tout en œuvre pour maintenir les soins ambulatoires de sa patientèle (consultations et soins dispensés en hôpital de jour) dans les conditions de sécurité requises. En revanche, cette situation exceptionnelle devrait avoir un impact sur l’activité du bloc opératoire, étroitement articulée à celle du plateau technique, prévient la direction. Chaque patient concerné sera individuellement informé d’une déprogrammation éventuelle et des suites envisagées pour assurer la continuité des soins avec le concours des hôpitaux de notre région. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici