cette étrange épidémie d’enfants «surdoués»

0
113
2,5 % de la population aurait un QI supérieur à la moyenne. be free – stock.adobe.com

DÉCRYPTAGE – Le recours aux tests de «haut potentiel intellectuel» se répand, mais professeurs et psychologues analysent le phénomène.

Dans le métro, à la télévision, sur les réseaux sociaux… impossible de passer à côté de la série télévisée HPI. Interprété par Audrey Fleurot, le personnage principal est une femme de ménage au quotient intellectuel impressionnant, recrutée par la police pour résoudre des crimes. Cette série aux 9 millions de téléspectateurs participe à la vulgarisation du terme «haut potentiel intellectuel» (HPI), qui définit les individus dont le QI est supérieur à 130 points. Pour le mesurer, seul un test de Wechsler – du nom du psychologue du XXe siècle David Wechsler, créateur d’une échelle de l’intelligence permettant de calculer le QI – effectué chez un psychologue, est valide.

Professeurs et psychologues le constatent, même s’il n’existe pas de données chiffrées sur le nombre de tests de QI effectués en France: les parents sont de plus en plus demandeurs. Morgane Brès, enseignante en CE2 à Marseille, a observé ce phénomène: «J’ai découvert le HPI lorsque j’ai commencé à enseigner dans une école des…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici