Au conseil municipal de Marseille, un groupe divers droite scinde l’opposition

0
12

« Le temps est venu d’une clarification de notre positionnement politique. » Au conseil municipal de Marseille, le député Renaissance Lionel Royer-Perreaut, ex-Les Républicains (LR) passé dans la majorité présidentielle en février, a annoncé, vendredi 4 novembre, la création d’un groupe divers droite baptisé « Ensemble pour les Marseillais ». Un collectif de cinq membres, tous élus en 2020 sur les listes de Martine Vassal, alors candidate LR.

Aux côtés du député, on retrouve la vice-présidente divers droite (DVD) de la métropole Aix-Marseille Provence, Emmanuelle Charafe, la maire DVD du 5e secteur, Anne-Marie d’Estienne d’Orves et les conseillères régionales Isabelle Campagnola-Savon (Horizons) et Aurore Bruna (DVD). Cette création affaiblit d’autant le groupe piloté par Mme Vassal, qui constitue toujours la principale opposition à la majorité Printemps marseillais (DVG). En juin 2020, la présidente de la métropole et du conseil départemental, ex-LR, comptait sur 39 conseillers municipaux sur 101. Désormais, elle n’en rassemble plus que 32.

Pour expliquer la création de leur nouveau groupe, les cinq élus marseillais mettent en avant la nécessité de « participer activement à la recomposition du spectre politique », en « créant une troisième voie centrale » et « en refusant les extrêmes ». « Je porte les valeurs d’une droite locale, populaire et gaulliste », précise Aurore Bruna qui, comme ses camarades, réfute l’idée d’un groupe macroniste.

Lire aussi le récit : Article réservé à nos abonnés En PACA, la droite règle ses comptes aux législatives

Pour Lionel Royer-Perreaut, il s’agit surtout d’un « acte de clarification » face à la volonté de certains de ses anciens partenaires des majorités précédentes « de s’inscrire ouvertement dans une logique de construction d’une droite dite “nationale”, avec pour corollaire le ralliement de fait ou assumé à des partis politiques d’extrême droite ». Le néodéputé ne manque de rappeler qu’en juin 2020, il s’était déjà publiquement opposé à une manœuvre de rapprochement entre élus LR et conseillers municipaux Rassemblement national, visant à priver la coalition de gauche et écologiste Printemps marseillais de sa victoire dans les urnes.

« Une histoire qui commence »

Autre indicateur de ce rapprochement pour les membres du nouveau groupe, le vote commun en septembre d’élus LR et de représentants de Reconquête ! pour s’opposer – en vain – à l’élection d’Anne-Marie d’Estienne d’Orves comme maire du 5e secteur. Un poste que M. Royer-Perreaut venait d’abandonner après sa victoire aux législatives. « Et cela n’a suscité aucune réaction de quiconque », remarque le député, pointant sans la nommer la présidente de la métropole, Martine Vassal – absente dans l’hémicycle vendredi –, qui a soutenu son adversaire LR à la députation, Didier Réault.

Il vous reste 28% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici