après avoir agressé un chauffeur de bus, il est interpellé pour deux départs de feu à Anglet

0
56

Les policiers qui ont procédé à l’arrestation ont immédiatement éteint les départs de feu, à l’aide d’extincteurs. Pour rappel, le contexte de sécheresse a conduit le maire d’Anglet, Claude Olive, a prendre un arrêté d’interdiction du Pignada et de la forêt du Lazaret, le 8 août.

Déjà connu des services de police

L’homme, déjà connu des services de police, a été placé en garde à vue. Le parquet confirme qu’il s’agit de la même personne qui a agressé un chauffeur de bus, dans la nuit du 7 au 8 août, à Biarritz. Le suspect, instable psychologiquement, avait été hospitalisé dans le service psychiatrique du Centre hospitalier de la Côte basque, sur le site de Cam de Prats. Il en est sorti, vendredi « après que les médecins ont estimé qu’il ne présentait aucun danger », indique le procureur adjoint Marc Mariée.

Ce lundi matin, une nouvelle expertise psychiatrique a été pratiquée, afin de déterminer si l’homme interpellé était apte à rester en garde à vue. Le médecin qui l’a vu a conclu à l’incompatibilité de son état psychique avec la détention.

J’espère qu’il sera pris en charge et recevra des soins. Cet homme représente un vrai danger, et a déjà posé problème par le passé

Hospitalisation d’office

Sur le fondement de cet avis médical, le maire d’Anglet, Claude Olive, a signé, aux alentours de 13 heures, un arrêté municipal visant l’hospitalisation d’office du suspect. « J’espère qu’il sera pris en charge et recevra des soins. Cet homme représente un vrai danger, et a déjà posé problème par le passé. Nous avons fait le nécessaire, sans quoi la soirée d’hier nous aurait rappelé de très mauvais souvenirs », a-t-il déclaré. Référence du premier magistrat à l’incendie qui, le 30 juillet 2020, a ravagé 75 hectares sur les 220 du massif. Un acte criminel pour lequel un jeune homme est inculpé.

Mais hier soir, le potentiel incendiaire se trouvait toujours en garde à vue. Marc Mariée ne cachait pas son irritation de voir « les services de la sécurité publique se retrouver à gérer cette personne au comportement inadapté ». « Le médecin psychiatre qui l’a expertisé en garde à vue a été clair : il relève de l’hospitalisation du fait de sa dangerosité. Mais l’hôpital de Bayonne ne veut pas le pendre en charge », grince le représentant du parquet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici