Amélie de Montchalin qualifiée pour le second tour des législatives 2022 mais en difficulté dans l’Essonne

0
43

Amélie de Montchalin, la ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires dans le gouvernement d’Elisabeth Borne, est parvenue, selon les premières estimations Ipsos-Sopra-Steria pour France Télévisions, Radio France, France 24-RFI-MCD et LCP-Assemblée nationale, à se qualifier pour le second tour des législatives. Lors du premier tour, dimanche 12 juin, elle a totalisé 30,4 % des voix, loin derrière Jérôme Guedj (40,4 %), candidat de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) dans la 6e circonscription de l’Essonne, dans laquelle Jean-Luc Mélenchon avait devancé Emmanuel Macron lors du premier tour de la présidentielle, avec 30,7 % des voix.

Lire aussi : Résultats des législatives 2022 : en cas de duels entre la Nupes et le RN, la coalition présidentielle ne donnera de consigne de vote qu’« au cas par cas »

Après avoir succédé à Nathalie Loiseau, le 31 mars 2019, comme secrétaire d’Etat chargée des affaires européennes, Amélie de Montchalin a été nommée ministre de la transformation et de la fonction publiques en juillet 2020 dans le gouvernement de Jean Castex. Elle est devenue ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires, un poste à responsabilités, vendredi 20 mai 2022, dans le gouvernement d’Elisabeth Borne.

Lire aussi : Gouvernement Borne : Amélie de Montchalin et Agnès Pannier-Runacher balaient les procès en illégitimité suivant leur nomination

Libérale convaincue

Après avoir travaillé sur la conception du programme économique d’Alain Juppé à la primaire de la droite en 2016, elle rejoint La République en marche (LRM) la même année, avant d’être élue sous l’étiquette LRM en 2017, dans la 6circonscription de l’Essonne, qu’elle remporte sans avoir jamais exercé de mandat politique précédemment. Elle se fond vite dans son rôle, apparaissant comme une figure « techno », fine connaisseuse des enjeux économiques. Sans expérience dans l’écologie, cette libérale convaincue plaide pour une forme de « pragmatisme » et pour une « efficacité de la dépense publique ».

Au début de son mandat, elle est coordinatrice du groupe LRM à la commission des finances et devient la première femme à occuper un tel poste à l’Assemblée nationale. Elle soutient la suppression de l’impôt sur la fortune, estimant qu’il constituait un frein à l’investissement.

En tant que ministre de la transformation et de la fonction publiques, Mme de Montchalin a notamment porté le projet d’ordonnance de réforme de l’encadrement supérieur de la fonction publique, en 2021, qui comprenait la transformation de l’Ecole nationale d’administration en un Institut national du service public en 2022, la suppression de nombreux corps de hauts fonctionnaires, et la création d’un corps unique, celui des administrateurs de l’Etat.

Promue ministre de la transition écologique en mai 2022 par la nouvelle hôte de Matignon et le président de la République, elle devra gagner dimanche 19 juin si elle veut rester en place à ce poste stratégique, car, comme en 2017, les membres du gouvernement candidats à la députation devront démissionner en cas d’échec.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Transition écologique : Montchalin et Pannier-Runacher, deux expertes en économie sans expérience sur l’environnement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici