Alger envisage d’augmenter de 50% ses livraisons de gaz à la France, des discussions en cours

0
62

Aucun accord n’a encore été signé à l’issue de la visite d’Emmanuel Macron en Algérie mais des échanges doivent avoir lieu dans les prochaines heures entre Engie et les autorités du pays, a-t-on appris ce dimanche.

Lors de sa visite en Algérie, Emmanuel Macron a démenti que la France soit “allée à Canossa” pour quémander du gaz à l’Algérie. “La France dépend peu du gaz dans son mix énergétique, à peu près 20%, et dans cet ensemble, l’Algérie représente 8 à 9%, on n’est pas dans une dynamique où le gaz algérien pourrait changer la donne”. 

Pour autant, des discussions ont bien eu lieu concernant le gaz algérien, a-t-on appris ce dimanche, confirmant une information d’Europe 1. Alger pourrait augmenter de 50% ses livraisons de gaz à la France.

Pour le moment, il s’agirait d”un engagement oral, aucun accord n’a encore été signé à l’issue de la visite du président de la République mais des échanges doivent avoir lieu dans les prochaines heures entre Engie et les autorités du pays, toujours selon la radio.

Rien n’est encore signé

Selon une source de l’exécutif interrogée par BFMTV, “il a en ce moment des discussions entre Engie et le gouvernement algérien pour augmenter les livraisons de gaz et de GNL. Ces discussions ont débuté conformément à l’accord de juin 2022 et semblent être en bonne voie. Les proportions ne sont pas encore arrêtées, +50 % serait une cible crédible.” Et de souligner que pour le moment rien n’est signé.

Si l’énergie n’était pas, en tout cas officiellement au coeur de cette viste d’Etat, Catherine MacGregor, la patronne d’Engie était bien présente et a pu rencontrer le ministre algérien de l’Energie et des mines ainsi que le patron de Sonatrach, le géant algérien de l’exploitation de pétrole et de gaz.

Comme l’Italie qui a signé un nouvel accord d’importation de gaz avec l’Algérie, la France fait tout pour diversifier ses sources d’approvisionnement dans la perspective d’un arrêt total des livraisons russes.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici