1 295 traversées de la Manche lundi, plus de 22 000 depuis le début de l’année

0
48

Lundi 22 août, 1 295 migrants ont été appréhendés sur les côtes britanniques du Kent après avoir effectué la traversée de la Manche sur 27 embarcations de fortune (« small boats »), selon le ministère de l’intérieur britannique.

Il s’agit d’un nouveau pic de passages quotidiens, dépassant le précédent, établi à 1 185 le 11 novembre 2021, mois particulièrement intense au cours duquel 27 migrants avaient perdu la vie dans un naufrage. Les pics de traversées correspondent généralement à des périodes présentant les conditions météorologiques optimales pour la saison.

La hausse continue du passage de migrants dans cette zone maritime parmi les plus fréquentées du monde ne semble pas être affectée par les plans successifs du gouvernement conservateur britannique. Plus de 22 000 personnes ont traversé la Manche depuis le début de l’année, soit 10 000 de plus que l’année précédente à la même époque.

Le nombre de passages pourrait doubler en 2022

Sur l’ensemble de l’année 2021, les autorités britanniques avaient dénombré 28 526 traversées à bord de small boats, chiffre déjà trois fois supérieur à l’année précédente (8 466). Un rapport parlementaire britannique de juillet dernier estimait que le nombre de passages pourrait doubler cette année et atteindre 60 000.

Côté français, la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord a recensé 533 tentatives de traversée impliquant 18 763 personnes entre le 1er janvier et le 31 juillet 2022. Elles avaient été environ 12 100 sur la même période en 2021.

Cette « massification des départs » était déjà soulignée dans son rapport d’activité 2020 par le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) de Gris-Nez, qui coordonne les sauvetages en mer dans une zone de compétence allant de la frontière belge au cap d’Antifer, à quelques kilomètres au sud-ouest d’Etretat. Elle est liée à l’intensification des contrôles sur les voies de passage légales vers le Royaume-Uni, à partir du port de Calais ou par le tunnel sous la Manche. Comme le rappelait en 2021 Charlotte Kwantes, responsable de l’association Utopia 56, « tant que des voies de passage sûres ne seront pas mises en place entre l’Angleterre et la France, ou tant que ces personnes ne pourront pas être régularisées en France, (…) il y aura des morts à la frontière ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Immigration : enquête sur le réseau de « small boats » « le plus prolifique » d’Europe

Face à l’ampleur de la situation, le gouvernement britannique n’a cessé de durcir le ton, en annonçant récemment l’expulsion de demandeurs d’asile arrivés clandestinement vers le Rwanda, pays avec lequel le Royaume-Uni a passé un accord sur ce sujet. Le premier vol qui devait convoyer 130 migrants (notamment iraniens, irakiens, albanais et syriens) vers Kigali a été annulé par une décision de la Cour européenne des droits de l’homme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici