Un Français sur quatre déclare être en situation précaire, selon une étude du Secours populaire

0
14

Ne pas chauffer son logement malgré le froid ou sauter un repas alors qu’on a faim : un Européen sur quatre déclare se trouver dans une situation précaire, selon un baromètre du Secours populaire publié vendredi 4 novembre.

En raison d’une « situation financière difficile », 62 % des Européens ont déjà restreint leurs déplacements et 47 % ont déjà renoncé à chauffer leur logement malgré le froid, selon cette étude réalisée par l’institut Ipsos auprès de 6 000 individus originaires de six pays (Allemagne, France, Grèce, Italie, Pologne et Royaume-Uni), selon la méthode des quotas. Il est également arrivé à 34 % de ces personnes d’avoir renoncé à se soigner alors qu’elles avaient un problème de santé et à 29 % d’entre elles de sauter un repas alors qu’elles avaient faim.

Au total, 27 % des personnes interrogées déclarent se trouver dans une situation précaire. Dans le détail, 51 % des Grecs s’estiment fragilisés, contre 24 % des Français et 18 % des Allemands.

Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés « De notre mobilisation collective contre la précarité et la pauvreté dépend bien la santé démocratique du pays »

Avenir difficile

« Avec l’envolée des prix, la crise énergétique et les conséquences de la guerre en Ukraine, pour beaucoup d’Européens les conditions de vie se sont détériorées en 2022 », souligne le Secours populaire, qui a soutenu près de 3,5 millions de personnes en difficulté l’an dernier en France. Plus d’un Européen sur deux (54 %) ressent ainsi la diminution de son pouvoir d’achat et la hausse des prix – les Français sont 63 %.

« Une situation d’autant plus dure qu’elle succède à deux années où les niveaux de vie avaient été marqués par le choc de la crise sanitaire », ajoute l’association. Deux Européens sur trois déclarent ne plus savoir sur quelles dépenses faire des compromis (64 %) – les Grecs sont 88 % ; les Polonais, 62 %.

Les personnes sondées ne sont pas optimistes sur leur avenir. Selon l’étude, plus d’un Européen sur deux craint de basculer dans la précarité (55 %) – l’angoisse est moins présente pour les Français, mais elle reste très importante (42 %).

Lire l’entretien : Article réservé à nos abonnés « La jeunesse est face à une marée montante de la précarité »

Les familles particulièrement touchées

Les familles sont avant tout touchées par la précarité et la hausse des prix : près d’un parent sur deux a déjà renoncé au départ de son enfant en vacances ou à son inscription à une activité extrascolaire, et 33 % disent qu’ils ne sont pas toujours en mesure de donner à leur enfant une alimentation variée.

Enfin, 76 % des parents européens se sont privés de loisirs (75 % en France) et 48 % de nourriture (42 % en France) pour « offrir de bonnes conditions de vie » à leurs enfants, relève le sondage.

Retrouvez notre reportage : Article réservé à nos abonnés « Gilets jaunes » : Arnaud et Jessica, la vie à l’euro près

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici