un décret contre les publicités lumineuses prévu à “la fin de l’été”, assure le ministère de la Transition énergétique

0
51

La France se prépare à mettre en œuvre avant l’hiver des mesures de sobriété énergétique qui doivent aussi aider à lutter contre le réchauffement climatique.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

La France traque les sources de pollution et de gaspillage énergétique. D’ici “la fin de l’été”, les règles d’interdiction des publicités lumineuses entre 1 heure et 6 heures du matin vont être unifiées, annonce lundi 22 août le ministère de la Transition énergétique. Il compte également interdire au niveau national les portes ouvertes des commerces chauffés ou climatisés. Les deux textes doivent être examinés par le Conseil d’Etat.

Le décret sur les publicités lumineuses entend harmoniser les règles existantes qui obligent déjà largement leur extinction à partir de 1 heure du matin, mais qui diffèrent aujourd’hui selon la taille des agglomérations. Gares et aéroports ne devraient pas être concernés. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), un écran publicitaire LCD numérique de 2 m² consomme 2 049 kWh/an, soit l’équivalent de la consommation moyenne annuelle d’un ménage pour l’éclairage et l’électroménager (hors chauffage). Quant à l’interdiction des portes ouvertes dans les commerces, elle s’appliquera de facto désormais en vue de l’hiver.

Alors que les prix de l’électricité et du gaz flambent à des niveaux historiques en Europe depuis le début de la guerre en Ukraine, la France se prépare comme ses voisins à mettre en œuvre des mesures de sobriété énergétique qui doivent aussi aider à lutter contre le réchauffement climatique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici