Test Plaque de cuisson Essentiel B ETVI 35 : l’essentiel mais pas plus…

0
71

Si Essentiel B n’a pas jugé bon d’investir ses deniers pour enrichir les fonctionnalités de sa plaque ETVI 35, ce n’est certainement pas le bureau design qui a profité des économies ainsi réalisées ; verre noir, sérigraphies blanches… Nous sommes en terrain connu.

Les zones sur lesquelles poser les ustensiles sont symbolisées par des croix, souvent moins pratiques que des disques ou des cercles. On gagne en discrétion ce qu’on perd en précision, et il est souvent délicat de positionner correctement les récipients, même si on s’y fait petit à petit.

Bon point, la taille des croix indique également la puissance des inducteurs. Plus elles sont grandes, plus les feux sont puissants. Ainsi sait-on d’un simple coup d’œil où poser l’imposant fait-tout familial ou, a contrario, la délicate saucière en cuivre (pourvu d’un fond compatible induction, bien entendu).

Les foyers, justement, sont au nombre de trois. Le plus grand, à gauche, mesure 28 cm de diamètre et atteint une puissance maximale (en mode boost) de 3600 W si on en croit la notice. À droite, à l’arrière, le diamètre du feu moyen est de 18 cm pour une puissance maximale de 2000 W. Enfin, le plus petit foyer (14,5 cm) est aussi le moins puissant puisqu’il ne développe que 1600 W quand le mode boost est activé. En un mot comme en cent, la plaque de cuisson ETVI 35 montre une certaine polyvalence grâce à des zones de cuisson assez différentes les unes des autres. Ce n’est pas toujours le cas ; on se souvient notamment de la Miogo MHI601SH SmartHood et de ses quatre foyers identiques.

Chaque inducteur possède sa propre paire de touches “plus” et “moins”, ce qui fluidifie forcément l’utilisation. Il n’est pas nécessaire de sélectionner un foyer avant de procéder au réglage de la puissance, un vrai confort. On regrette un peu que l’Essentiel B ne propose que neuf paliers. Certes, cela suffira amplement dans le cadre d’une utilisation quotidienne, mais les chefs qui voudraient aller un peu plus loin déploreront de ne pas avoir assez de finesse dans le choix des températures au sein des ustensiles.

Le réglage de la minuterie, en revanche, demande de choisir un foyer à paramétrer, en effleurant les touches “plus” ou “moins” correspondantes ; jusque-là, rien d’insurmontable. En revanche, la plaque ETVI 35 ne sait pas gérer plus d’un chronomètre. Encore une fois, si les utilisateurs novices ne trouveront pas grand-chose à y redire, les cordons-bleus risquent de faire grise-mine.

Les fonctions annexes de l’Essentiel B ETVI 35 sont tout simplement inexistantes. Le seul petit “bonus” réside dans la présence d’une touche ornée d’une clé, qui permet de bloquer l’utilisation de l’appareil pour le nettoyer sans subir les multiples bips (très désagréables au demeurant) signalant l’activation d’une touche, notamment. Ce verrouillage des commandes évite également aux petites mains baladeuses de dérégler la plaque lors d’une longue cuisson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici