Séisme, radon… avec cet outil, découvrez si votre logement est situé dans une zone à risque

0
50
Des maisons situées sur des zones argileuses voient apparaître des fissures en raison des mouvements du sol causés par la sécheresse notamment. (©Les Nouvelles de Sablé / archives)

Des maisons qui se fissurent en raison d’un sol argileux qui ne supporte pas la sécheresse, une pollution des sols, une exposition au gaz radioactif radon… Evaluer les risques auxquels peuvent être confrontés les propriétaires ou locataires de biens immobiliers peut permettre d’éviter de mauvaises surprises. 

Pour mieux informer la population, le gouvernement a lancé en février 2021 ERRIAL, un site qui permet de connaître à quels risques nous sommes confrontés en fonction de notre zone d’habitation

Alors que plus de 10 millions de logements pourraient être concernés par des mouvements de sols en raison des sécheresses de plus en plus régulières, pouvant provoquer des fissures dans les maisons, la présentation de ce site s’impose.

ERRIAL, c’est quoi ? 

ERRIAL, c’est l’État des Risques Réglementés pour l’Information des Acquéreurs et des Locataires. Lancée en février 2021, c’est une plateforme qui renseigne quels sont les risques connus concernant un logement, et qui pourraient affecter son état et sa valeur.

Ainsi, savoir que sa future location se situe dans une zone à forte pollution des sols peut inciter un futur locataire à ne pas louer le logement.

De même, avant de se lancer dans la construction d’un logement sur un sol argileux, qui peut bouger en fonction de sa teneur en eau et faire apparaître des fissures dans le logement, il peut être intéressant de connaître le risque concernant la nature du sol.

Le site ERRIAL permet d’accéder à ce genre d’informations en quelques clics.

Vidéos : en ce moment sur Actu
La plateforme gouvernementale Errial permet de connaître les risques associés à un logement.
La plateforme gouvernementale ERRIAL permet de connaître les risques associés à un logement. (©capture ERRIAL Géorisques)

Pourquoi connaître l’état des risques est important ? 

Ce site est un outil complémentaire à la législation actuelle. Le propriétaire d’un bien souhaitant le vendre ou le louer est déjà dans l’obligation de fournir l’état des risques résumant les risques naturels et/ou technologiques auxquels le bien est exposé, rappelle le gouvernement

C’est une obligation légale depuis la loi du 30 juillet 2003, qui a institué « une obligation d’information des acquéreurs et locataires (IAL) d’un bien immobilier sur certains risques majeurs auxquels ce bien est exposé ».

Cette information obligatoire doit permettre « au futur acheteur ou locataire d’un bien d’être informé, en toute transparence, des risques ou nuisances auxquels est exposé ce bien ».

Il peut ainsi prendre sa décision d’achat ou de location en connaissance de cause. Cette information permet également au nouveau propriétaire ou locataire d’être mieux préparé et de savoir comment agir en cas de survenue d’un risque et de prendre des mesures pour diminuer la vulnérabilité de son bien, par exemple en réalisant des travaux.

Ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

Cette obligation s’applique sur les risques naturels, technologiques ou miniers, les pollutions et nuisances sonores des aéroports. Un diagnostic « état des risques et pollutions » doit par conséquent « être joint à la promesse de vente ou à l’acte de vente ou au bail dans les communes concernées », précise le site service-public.fr.

Comment ça marche ? 

Pour connaître l’état des risques dans sa zone d’habitation, il suffit de se rendre sur le site Géorisques, de localiser son bien en renseignant soit l’adresse, soit la référence cadastrale.

Une fois la localisation effectuée, le site affiche les différents risques constatés, avec un niveau de risque sur une échelle qui varie en fonction du risque.

Pour les propriétaires, les risques qui concernent le logement sont automatiquement remplis. « Le propriétaire doit toutefois vérifier les informations renseignées et les compléter le cas échéant », recommande le ministère.

Pour les acquéreurs ou locataires, ces informations sont très facilement accessibles en quelques clics.

En fonction des risques repérés, des conseils et des liens vers des sites utiles sont apportés.

C’est quoi les risques encourus ?

Sur la plateforme ERRIAL, il est donc possible de découvrir les différents types de risques qui peuvent être rencontrés.

Dans le cadre de l’obligation d’information des acquéreurs et locataires (IAL), il s’agit de : 

  • L’exposition aux risques sismiques
  • L’exposition au radon, un gaz radioactif naturel inodore, incolore et inerte. « Ce gaz est présent partout dans les sols et il s’accumule dans les espaces clos, notamment dans les bâtiments », souligne Géorisques.
Un bilan de l'analyse des risques d'une habitation de Quiberon (Morbihan)
Un bilan de l’analyse des risques d’une habitation de Quiberon (Morbihan) (©capture ERRIAL Géorisques)

Mais il y a aussi des risques non couverts par cette obligation d’information des acquéreurs et locataires, mais auxquels la parcelle peut être exposée : 

  • les sol argileux
  • la pollution des sols
  • le risque d’inondations ou de tout autre risque naturel
  • l’exposition au bruit d’un aéroport
  • les risques miniers
  • les risques technologiques

Autant de situation qui peuvent influencer le choix de logement, avant que des conséquences liées à ces risques n’apparaissent.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici