Mario Draghi annonce un nouveau plan de soutien de 17 milliards d’euros

0
67

Démissionnaire, Mario Draghi, le président du Conseil italien, a annoncé jeudi un plan de 17 milliards d’euros en faveur des entreprises et des ménages italien. Ces nouvelles mesures s’ajoutent aux 35 milliards d’euros d’aides déjà déployées depuis janvier dernier par Rome pour compenser la flambée de l’inflation, en particulier des prix de l’électricité, du gaz et du carburant.

Au cours d’une conférence de presse organisée à l’issue du conseil des ministres, Mario Draghi a souligné que cet ensemble budgétaire était “destiné à protéger le rebond de l’économie italienne dans un environnement international qui empire”.

“Nous sommes disposés à adopter des mesures supplémentaires si nécessaire”, a ajouté l’ancien patron de la Banque centrale européenne (BCE), qui a remis le mois dernier sa démission à l’issue d’une nouvelle crise au sein de la coalition au pouvoir. Des élections législatives anticipées auront lieu le 25 septembre.

La remise sur les prix à la pompe prolongée

Parmi les mesures approuvées dans ce plan d’envergure figurent le prolongement du plafonnement des prix du gaz et de l’électricité pour les familles à bas revenus. Une remise sur les prix à la pompe qui devait expirer le 21 août restera en vigueur jusqu’au 20 septembre.

Le gouvernement a assuré que le nouvel ensemble budgétaire n’allait pas alourdir la dette publique italienne, équivalent à quelque 150% du PIB, citant des recettes fiscales plus importantes qu’attendu.

Grâce notamment à la reprise du tourisme, le pays a vu son produit intérieur brut (PIB) progresser de 1% au deuxième trimestre par rapport au précédent, selon l’Institut national des statistiques (Istat). Dans un contexte économique assombri par l’envolée des prix, la croissance italienne s’est accélérée ainsi nettement par rapport au premier trimestre, qui avait connu une hausse du PIB limitée à 0,1%. Cette hausse du PIB au deuxième trimestre est supérieure aux attentes de la Banque d’Italie qui prévoyait à la mi-juillet une croissance d’environ 0,5%, « malgré l’augmentation des coûts de l’énergie ». Pour 2022, la Banque d’Italie avait déjà relevé à la mi-juillet sa prévision de croissance, tablant désormais sur une hausse du PIB de 3,2%, contre 2,6% auparavant.