Manche. La grosse « boulette » de Veolia, des milliers de données personnelles dévoilées

0
47
Dans un courriel envoyé à ses clients saint-lois, Veolia a transféré un fichier clients de 15 930 noms et adresses. (©DP)

En voulant alerter les abonnés du réseau d’eau potable de Saint-Lô Agglo (Manche) sur le passage du bassin saint-lois en situation de crise sécheresse et diffuser des recommandations pour réduire sa consommationVeolia, qui accompagne les villes et les industries françaises dans la gestion, l’optimisation et la valorisation de leurs ressources en eau, en matières et en énergie, a fait une grosse boulette.

Les coordonnées de tous les clients

A la mi-août 2022, le gestionnaire du réseau d’eau a envoyé aux foyers du secteur un mail en diffusant en pièce jointe un fichier comportant les coordonnées de messagerie de l’ensemble de la clientèle. Des milliers de données personnelles se sont ainsi retrouvées partagées. Au total, environ 15 930 noms, prénoms, adresses postales et mails ont été communiqués, mais aussi le numéro d’abonnement ou l’activité quand il s’agit d’un commerce.

« C’est scandaleux et inacceptable », réagit l’UFC Que Choisir

« Même si l’objet part d’une bonne intention, le transfert malencontreux, par internet, d’un fichier complet comportant le nom, l’adresse postale et l’adresse mail de plus de 15 000 personnes à l’ensemble de la population saint-loise est inadmissible. »

L’UFC Que Choisir

Des excuses mais pas d’explication

Une erreur qui a aussi fait réagir sur la toile. « Véolia reconnait une non-conformité sans la réparer ! », s’étonne par exemple un internaute sur Twitter en faisant copie du mail d’excuse reçu. Dans ce dernier en effet, l’entreprise de gestion d’eau s’excuse : « Vous avez reçu ce matin un mail transmis par erreur et qui n’est conforme ni à nos engagements à votre égard, ni à notre politique de confidentialité. Je tiens à vous présenter toutes mes excuses pour cet envoi malencontreux », écrit-il.

L’association de consommateurs a demandé des comptes à Veolia : « Le directeur régional a fait amende honorable, indique Jacky Hébert, président de l’UFC Que Choisir de la Manche, mais n’a pas fourni d’explications sur cette violation de la protection des données, en application du Règlement général sur la protection des données (RGPD) ».

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Presse de la Manche dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici