Lutte contre le gaspillage alimentaire : les dates de consommation seront-elles bientôt supprimées ?

0
57

Certaines enseignes françaises ont reculé, voire supprimé, la date limite de consommation de certains produits.

Vers la fin des dates limites de consommation sur certains produits ? En France, les pertes et gaspillages alimentaires représentent 10 millions de tonnes par an. La principale raison étant imputée aux dates de péremptions appliquées aux produits alimentaires. La plupart des aliments vendus dans les rayons des supermarchés sont touchés par cette précaution, destinée à veiller sur la santé des consommateurs.

L’enseigne de supermarché britannique Waitrose a annoncé ce lundi 1er août retirer les dates de consommation recommandée sur près de 500 produits. À travers cette démarche, l’entreprise souhaite lutter contre le gaspillage alimentaire. Cette dernière emboîte le pas à d’autres enseignes britanniques, comme le géant du secteur Tesco, qui avait supprimé les dates de consommation recommandée sur une centaine de produits dès 2018, ou plus récemment Marks and Spencer qui avait fait de même sur 300 références.

“On a tout enlevé sur l’huile, le vinaigre, le sucre et ses produits dérivés”

En France, de nombreuses enseignes ont déjà entrepris des initiatives du même genre. “C’est bien connu dans la profession que les yaourts peuvent être consommés sans risques plusieurs jours après leur date de péremption”, affirme Thierry Desouches, responsable communication chez Système U, au Parisien, samedi 20 août. 

“Depuis 2018, nous avons repoussé la date de consommation pour 223 références (yaourts, charcuterie…), sur une moyenne de quatorze jours, après des tests rigoureux sur la durabilité des articles”, explique-t-il.

“Quant aux produits pour lesquels cela représenterait un danger, comme la viande hachée ou le poisson, on n’y touchera pas. Pas question d’hypothéquer la santé du consommateur”, précise-t-il encore.

De son côté, Carrefour a reculé les dates limites de plus de 500 produits et les a même supprimées sur certains articles dotés d’une date de durabilité minimale. “On a tout enlevé sur l’huile, le vinaigre, le sucre et ses produits dérivés”, indique Bertrand Swiderski, directeur développement durable du groupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici