Le trafic à la gare de l’Est, à Paris, interrompu toute la journée après un « incendie volontaire », restera « fortement perturbé » mercredi

0
26

Le trafic à la gare de l’Est à Paris, interrompu « toute la journée » mardi 24 janvier, sera « fortement perturbé » mercredi à la suite d’un « incendie volontaire sur des câbles électriques » en Seine-et-Marne. « Une dizaine d’agents de SNCF Réseau sont à l’œuvre pour [procéder aux réparations] au plus vite », selon une porte-parole. La SNCF a porté plainte et le parquet de Meaux a annoncé l’ouverture d’une enquête pour dégradation volontaire et mise en danger de la vie d’autrui.

Les TGV ainsi qu’une partie des TER et des trains de la ligne P du Transilien ne peuvent entrer ni sortir de la gare depuis mardi matin. Le trafic des RER E, de la banche sud de la ligne P et des TER reliant Paris, Troyes et Mulhouse circulent pour leur part normalement, a précisé la SNCF.

Mercredi, le trafic sera « fortement perturbé », au départ ou à l’arrivée de la gare de l’Est, prévient la compagnie ferroviaire dans un point de situation en fin d’après-midi. « Il y aura un train sur trois sur la ligne TGV Est, un train sur deux pour Transilien sur la ligne P (axes Meaux et Château-Thierry) », précise la SNCF. Le service sera « adapté » pour le TER Grand-Est avec « des dessertes des gares Ile-de-France ». « Nous invitons d’ores et déjà les voyageurs qui le peuvent à reporter leurs déplacements prévus demain », recommande la société ferroviaire.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Après l’interruption du trafic à gare de l’Est : « Je dois rentrer ce soir, mais je ne sais pas si ce sera possible. De toute façon, on ne sait jamais »

« Des équipes très spécialisées sont en train de travailler. Nous prévoyons un rétablissement très progressif à partir de demain et un rétablissement définitif à partir d’après-demain », a précisé Olivier Bancel, responsable Exploitation et réseau à la SNCF.

Des « traces d’essence »

« Ce matin, nous avons subi un acte de sabotage vers 3 heures du matin, nous avons découvert (…) des dégradations importantes », a dénoncé M. Bancel, numéro deux de SNCF Réseau, lors d’un point de presse. Un acte qui a ciblé « des câbles de signalisation qui comportent des circuits de sécurité », a-t-il précisé. Les circuits de sécurité sont des câbles électriques qui transportent également des informations de signalisation ferroviaire.

Selon la compagnie publique, « quarante-huit artères de câbles, soit environ six cents câbles électriques, ont été endommagées » dans un poste d’aiguillage à Vaires-sur-Marne. « Il n’y a pas de piste, pas de revendication d’un groupe » à ce stade des investigations, a affirmé une source proche de l’enquête.

Le ministre délégué chargé des transports, Clément Beaune, qui s’exprimait sur place mardi devant plusieurs journalistes, a dénoncé « un acte de malveillance scandaleux qui doit être sanctionné et condamné », et a évoqué un « incident assez exceptionnel, très grave ». Il a évoqué « des traces d’essence » et un incendie « dans deux points ciblés ». « Je regrette l’impact pour beaucoup de gens », avait-il déclaré le matin sur Franceinfo.

La SNCF avait fait état plus tôt dans la matinée d’un « acte de malveillance » qui a provoqué l’interruption totale, au départ et à l’arrivée, du trafic des TGV et des TER, ainsi que de la ligne P du Transilien. « Vers 3 heures, une cage contenant les câblages électriques des panneaux de circulation de la SNCF a été ouverte, et le feu mis dedans. Un agent SNCF a appelé la police vers 4 h 30 », a précisé à l’Agence France-Presse une source policière.

Quelques TGV déviés vers la gare du Nord

« C’est un acte de vandalisme inadmissible », a dénoncé Anne-Marie Palmier, directrice zone de production Ile-de-France de SNCF Réseau lors d’un point de presse tenu en milieu de matinée. Pas moins de 48 faisceaux électriques, soit environ 600 câbles, ont été brûlés. Dans la mesure où ils permettent de donner des informations aux postes d’aiguillage, « la sécurité n’est plus assurée », a-t-elle ajouté, précisant que l’entreprise avait déposé plainte.

« Nous avons mis en place une information [pour les] voyageurs sur l’ensemble de nos sites, des gilets rouges [des volontaires chargés d’orienter les voyageurs] ont été déployés. Les voyageurs qui avaient une réservation ont été informés », a précisé Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs.

Quelques TGV ont pu être déviés vers la gare du Nord, toute proche de la gare de l’Est, où transitent chaque année quelque 41 millions de voyageurs selon des chiffres de la SNCF datant de 2019. Elle dessert le Grand-Est ainsi que des destinations internationales comme l’Allemagne et le Luxembourg.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici