Le retour sur les actifs risqués se confirme – 30/05/2022 à 13:06

0
54

LES ACTIONS EUROPÉENNES PROGRESSENT

PARIS (Reuters) – Les actions européennes progressent à mi-séance lundi après des nouvelles rassurantes sur le retour à la normale de l’activité économique en Chine, mais cette hausse s’effectue dans des volumes réduits en l’absence de la plupart des investisseurs américains, la journée étant fériée aux Etats-Unis.

À Paris, le CAC 40 gagne 0,68% à 6.559,82 points vers 10h45 GMT, au plus haut depuis le 29 avril. A Londres, le FTSE 100 prend 0,04% et à Francfort, le Dax avance de 0,67%.

L’indice EuroStoxx 50 est en hausse de 0,8%, le FTSEurofirst 300 de 0,53% et le Stoxx 600 de 0,5%.

Ce dernier, qui a déjà repris près de 3% la semaine dernière, évolue ainsi à son meilleur niveau depuis le 5 mai et ramène à moins de 1% sa baisse depuis le début du mois. Les volumes d’échange ne représentent toutefois, à la mi-journée, que moins du tiers de leur niveau quotidien moyen des dernières semaines.

Les investisseurs reprennent peu à peu goût au risque face à l’atténuation des craintes qui ont lourdement pesé sur la tendance boursière pendant plusieurs semaines, qu’il s’agisse de l’inflation ou des restrictions sanitaires en Chine.

Les autorités de Shanghaï ont annoncé que le confinement dans la ville serait levé à 00h00 mercredi, une étape clé du retour à la normale de l’activité économique, soutenu par des mesures de soutien exceptionnelles.

Parallèlement, les anticipations de resserrement de la politique monétaire refluent après une série d’indicateurs suggérant que l’inflation pourrait avoir atteint son point haut.

“La croissance mondiale ralentit, ce qui a un impact sur les prix des matières premières cycliques, telles que les métaux de base. Concernant le relèvement des taux par la Fed, les craintes s’estompent. Ainsi, le taux implicite des ‘fed funds’ pour septembre 2023 a baissé, de 3,40% au début du mois, à 2,90% aujourd’hui”, note Vincent Chaigneau, responsable de la recherche chez Generali Investments, qui juge toutefois encore prématuré d’accroître l’exposition au risque des portefeuilles.

VALEURS EN EUROPE

La “réouverture” progressive de l’économie chinoise profite en premier lieu aux valeurs du luxe, pour lesquelles la Chine est un marché clé: à Paris, Hermès, Kering et LVMH gagnent entre 3,3% et 4,2% tandis que le suisse Richemont s’adjuge 4,53% et le britannique Burberry 1,47%.

La plus forte hausse sectorielle est toutefois pour le compartiment des hautes technologies (+2,39%), qui profite de la perspective d’une poursuite du rebond du Nasdaq américain.

Par ailleurs, Siemens gagne 3,12% après avoir remporté un contrat de 8,1 milliards d’euros pour la construction de liaisons ferroviaires à grande vitesse en Egypte, présenté comme le plus important jamais conclu dans l’histoire du groupe.

En baisse, l’indice Stoxx des valeurs européennes du pétrole et du gaz abandonne 0,54% après avoir atteint en matinée son plus haut niveau depuis octobre 2018.

Sanofi cède 3,28% après le report par la Food and Drug Administration (FDA) américaine du lancement d’un essai en vue de la commercialisation en vente libre du Cialis, un traitement des troubles de l’érection.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de la zone euro sont en nette hausse après les premiers chiffres de l’inflation en Espagne et dans plusieurs Länder allemands, qui suggèrent que la hausse des prix à la consommation est encore loin de ralentir.

En Espagne, le taux d’inflation calculé aux normes européennes (IPCH) est en effet remonté à 8,5% sur un an contre 8,3% le mois dernier. Et dans le Land allemand de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il ressort à 8,1%, un chiffre supérieur aux attentes.

La première estimation pour l’ensemble de l’Allemagne sera publiée à 12h00 GMT et le consensus Reuters la donne à 8,0% après 7,8% en avril.

Le rendement du Bund à dix ans prend plus de huit points de base à 1,062%, et son équivalent français sept points à 1,574%.

CHANGES

Le rebond des actions européennes et l’évolution des anticipations de marché sur l’évolution des taux américains continuent de pénaliser le dollar, une tendance accentuée par la fermeture de Wall Street: l’indice qui mesure les fluctuations du billet vert par rapport à un panier de référence recule de 0,25% et retombe à son niveau du 25 avril.

L'”indice dollar” s’achemine ainsi vers sa première performance mensuelle négative en cinq mois avec une baisse d’environ 1,5% pour l’instant.

L’euro (+0,43%) profite en outre des chiffres de l’inflation en Allemagne et en Espagne pour confirmer son retour au-dessus de 1,0750, au plus haut depuis cinq semaines.

PÉTROLE

Le prix du brut a atteint son plus haut niveau depuis fin mars, tiré par le spéculations sur un accord au sein de l’Union européenne pour interdire les importations de pétrole russe à l’occasion du Conseil qui s’ouvrira en fin de journée, un facteur auquel s’ajoute la perspective d’une reprise de la demande chinoise.

Le marché n’attend en outre aucune modification de la stratégie de production de l’Opep et de ses alliés – dont fait partie la Russie – lors de leur réunion de jeudi.

Le Brent gagne 0,31% à 119,80 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,4% à 115,53 dollars.

(Rédigé par Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici