Le projet de laboratoire de recherche de LVMH en débat à Polytechnique

0
11

Bernard Arnault obtiendra-t-il à Palaiseau (Essonne) le laboratoire auquel Patrick Pouyanné a été contraint de renoncer ? Dix mois après l’abandon du projet d’un centre de recherche porté par le PDG de TotalEnergies, le conseil d’administration de l’Ecole polytechnique doit se prononcer, mardi 8 novembre, sur le projet dit « Gaïa », voulu par LVMH.

Ses 25 membres doivent donner leur aval à la vente d’un terrain de l’établissement public d’aménagement (EPA) de Paris-Saclay, situé sur le campus de l’Institut polytechnique de Paris (IPP), au groupe de luxe fondé et présidé par Bernard Arnault. Le collectif Polytechnique n’est pas à vendre !, représentant des élèves et des anciens, s’y oppose. Y figure La Sphinx, association née en 2017, qui avait grandement œuvré contre le projet de TotalEnergies. Plus de 70 personnes ont signé sa tribune parue dans Le Monde daté du 9 septembre, pour dénoncer la vente de ce terrain.

« Le projet de LVMH relève du développement d’un parc d’innovation, qui fait partie du contrat d’objectif et de performance de l’IPP pour (…) créer un leader mondial de la formation, de la recherche et de l’innovation », fait valoir Eric Labaye, président de l’IPP, dont relève l’Ecole polytechnique, établissement qu’il préside aussi, dans un entretien au Monde, à la veille du vote.

Un montant « supérieur à 100 millions d’euros »

Le projet LVMH est resté secret jusqu’à l’été. D’un montant « supérieur à 100 millions d’euros », selon le groupe de luxe, son bâtiment de 22 000 mètres carrés doit abriter 300 chercheurs en 2026. LVMH, qui détient Guerlain et Sephora, est à l’étroit dans son laboratoire de la Cosmetic Valley, dans le Loiret. « Claude Martinez, PDG des Parfums Christian Dior, a suggéré d’en créer un second en région parisienne », se rappelle Jean-Baptiste Voisin, directeur de la stratégie de LVMH. Née au sein de la filiale Dior, l’idée grandit et elle devient un « projet groupe », précise M. Voisin. Fin 2020, les discussions s’engagent, selon M. Labaye.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés LVMH veut s’implanter sans vagues sur le campus de Polytechnique

En février 2021, M. Voisin, par ailleurs secrétaire général de l’AX, association des anciens élèves de l’Ecole polytechnique, organise une visite. Guidé par M. Labaye, Bernard Arnault, polytechnicien (X 1969), est notamment accompagné de son chargé de chantier, Christian Reyne, qui a géré la construction de la Fondation Louis Vuitton, à Paris. « L’EPA propose alors trois terrains », explique M. Voisin. LVMH porte son choix sur l’ancienne parcelle du golf de Polytechnique, puisque ce site offrirait aux chercheurs « une vue sur des espaces verts ».

Il vous reste 74.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici