Le Mozambique exporte sa première cargaison de GNL

0
14

Le Mozambique a officiellement commencé à exporter du gaz naturel liquéfié (GNL), a affirmé le président Filipe Nyusi dans une déclaration vidéo, dimanche 13 novembre. « C’est avec grand honneur que j’annonce le début de la première exportation de GNL », a-t-il dit. La première cargaison de gaz a été produite à l’usine offshore Coral Sul, gérée par le groupe italien Eni, a ajouté le chef de l’Etat.

Lire aussi : Au Mozambique, visite du président italien centrée sur le gaz

Il s’agit de la première exportation réalisée dans le cadre d’un contrat à long terme d’achat et de vente avec le géant britannique BP, couvrant les volumes totaux de GNL produit au Mozambique, a précisé le président Nyusi. Selon lui, le pays offre « un environnement stable, transparent et prévisible pour la réalisation d’investissements de plusieurs milliards ».

Première installation flottante de GNL déployée en eaux profondes au large de l’Afrique, l’unité de liquéfaction Coral Sul peut produire 3,4 millions de tonnes de GNL par an. Le PDG d’Eni, Claudio Descalzi, a salué une « avancée significative » dans la stratégie de l’entreprise de faire du gaz une source « pouvant contribuer de manière significative à la sécurité énergétique de l’Europe, notamment par la diversification croissante des approvisionnements ».

Combattants djihadistes

Après l’invasion de l’Ukraine, la Russie a considérablement baissé ses livraisons de gaz à l’Europe. De nombreux Etats sont en concurrence pour avoir accès au GNL. Mais ce gaz est beaucoup plus cher à importer que celui qui arrivait via les gazoducs entre la Russie et l’Europe. Le Mozambique place de grands espoirs dans de vastes gisements de gaz naturel, les plus importants jamais découverts au sud du Sahara, qui ont été découverts dans le nord de la province de Cabo Delgado en 2010. Une fois exploités, ces gisements pourraient faire du Mozambique l’un des dix plus grands exportateurs du monde.

Mais la province pauvre du Cabo Delgado, à majorité musulmane, est en proie aux attaques de combattants djihadistes affiliés au groupe Etat islamique, qui ont fait près de 4 000 morts depuis octobre 2017, selon l’ONG Armed Conflict Location & Event Data Project (Acled), qui collecte des données dans les zones de conflit. Les violences ont aussi provoqué la fuite de 820 000 personnes. Une attaque d’ampleur en 2021 dans la ville côtière de Palma avait contraint le géant français TotalEnergies à suspendre son projet gazier d’un montant de 16,5 milliards d’euros. Un projet de l’américain ExxonMobil est également suspendu.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Au Mozambique, les déplacés commencent à revenir à Mocimboa da Praia, libérée des djihadistes

Depuis juillet, le Rwanda et les pays voisins d’Afrique australe ont déployé plus de 3 100 soldats en appui à l’armée mozambicaine en difficulté. Les groupes djihadistes retranchés dans les terres ont toutefois continué de mener des attaques sporadiques, adoptant une tactique plus classique de guérilla. En septembre, le président mozambicain a estimé « pertinent » de prévoir une reprise de l’activité sur les futurs sites de production de gaz naturel dans le nord du pays.

Pour ne rien manquer de l’actualité africaine, inscrivez-vous à la newsletter du « Monde Afrique » depuis ce lien. Chaque samedi à 6 heures, retrouvez une semaine d’actualité et de débats traitée par la rédaction du « Monde Afrique ».

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici