Le monde HLM inquiet de la hausse du taux du Livret A

0
60

Publié le 17 juil. 2022 à 14:10Mis à jour le 17 juil. 2022 à 15:15

Le Livret A n’est pas seulement le produit d’épargne préféré des Français. Sa collecte sert aussi à accorder des prêts aux organismes HLM afin de financer la production de logements sociaux et la rénovation du parc existant, ceci à des taux variables indexés sur le taux du Livret A.

C’est pourquoi le secteur s’inquiète de la hausse du taux du Livret A, qui doit être porté à 2 % à compter du 1er août pour limiter les effets de l’inflation sur les ménages. Soit son plus haut niveau depuis près de dix ans – il était encore à 0,5 % il y a un an.

Une production déjà à la peine

« Ce quadruplement du taux alourdit la charge de la dette du secteur de plus de 2,1 milliards d’euros en année pleine, soit 10 % du montant total des loyers », a alerté vendredi, dans un communiqué, l’Union sociale pour l’habitat (USH), qui fédère les organismes HLM. Elle a rappelé que ces derniers étaient endettés à hauteur de plus de 140 milliards d’euros auprès de la Caisse des Dépôts, qui gère une large part de cette épargne réglementée.

Cette charge supplémentaire est d’autant plus malvenue que le secteur HLM est déjà confronté à la flambée du coût des matériaux de construction . Et que la production de logements sociaux reste très en deçà des objectifs en France – alors même que 2,3 millions de ménages sont en attente d’un logement social.

Il doit en outre faire face à un effort inédit de rénovation énergétique du parc de logements existants, pour satisfaire aux exigences de la loi Climat et résilience, votée à l’été 2021. Ceci dans l’objectif d’éradiquer les passoires thermiques.

Des prélèvements « plus soutenables »

L’USH rappelle en outre que les capacités d’investissement des bailleurs sociaux ont déjà été grevées, lors du précédent quinquennat d’Emmanuel Macron, par la réduction des loyers de solidarités (RLS) qui leur a été imposée afin de compenser la baisse des aides personnalisées au logement (APL).

L’USH a demandé à plusieurs reprises au gouvernement de revenir sur cette mesure qui, selon elle, a déstabilisé le secteur. « Dans ce contexte de hausse très rapide du taux du Livret A et de hausse des coûts des travaux, les prélèvements effectués sur le secteur depuis 2018 à travers la baisse des APL et la RLS, et la hausse du taux de TVA sur une grande partie de l’activité ne sont plus soutenables », estime Emmanuelle Cosse, la présidente de l’USH, qui évoque « l’urgence climatique et sociale ». Un appel clair au nouveau ministre délégué à la Ville et au Logement, Olivier Klein.

Comment affronter la montée des incertitudes ?

Inflation, hausse des taux d’intérêt, Ukraine et maintenant incertitude politique, les chocs se multiplient. Pour évoluer dans un environnement de plus en plus complexe, l’expertise de la rédaction des Echos est précieuse. Chaque jour, nos enquêtes, analyses, chroniques et édito accompagnent nos abonnés, les aident à comprendre les changements qui transforment notre monde et les préparent à prendre les meilleures décisions.

Je découvre les offres

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici