La Commission européenne envisage de résilier son contrat sur le vaccin de Valneva

0
66

La situation est périlleuse pour le groupe pharmaceutique franco-autrichien. La Commission européenne envisage de résilier son contrat de fourniture de vaccins contre le Covid-19 conclu avec Valneva, a indiqué ce lundi ce dernier dans un communiqué, une annonce qui a provoqué la chute du cours à la Bourse de Paris.

Valneva « a reçu de la Commission européenne un avis d’intention de résiliation de l’accord de fourniture », a déclaré le groupe. Le contrat signé entre la Commission européenne et Valneva donnait le droit à la Commission d’y mettre fin si le vaccin mis au point, appelé VLA2001, n’avait pas reçu une autorisation de mise sur le marché de l’Agence européenne des médicaments (EMA) au 30 avril 2022, rappelle le groupe.

Dégringolade en bourse

Mais « selon les termes du contrat, Valneva dispose de 30 jours à compter du 13 mai 2022 pour obtenir une autorisation de mise sur le marché ou proposer un plan permettant de remédier à la situation de façon acceptable », précise Valneva.

Le groupe « va travailler de concert avec la Commission européenne et les Etats membres participant à l’accord pour convenir d’un tel plan et mettre VLA2001 à disposition des Etats membres qui souhaitent obtenir le vaccin », ajoute-t-il. L’annonce du groupe a provoqué une nouvelle dégringolade du titre à la Bourse de Paris : il perdait 20,17 % à 9,52 euros vers 09h25. Depuis le 1er janvier, il a chuté de plus de 60 %.

Une décision « regrettable »

Fin avril, Valneva avait reçu une nouvelle liste de questions de l’EMA. Dans le communiqué de lundi, le directeur général du groupe, Thomas Lingelbach, dit avoir « répondu à ces questions le 2 mai » et « estime que sa soumission apporte des réponses suffisantes aux questions restantes ». Si l’EMA « accepte ces réponses », Valneva « pourrait obtenir une opinion positive au plus tard en juin 2022 ».

Thomas Lingelbach qualifie de « regrettable » la décision de la Commission européenne, « d’autant que nous continuons à recevoir des messages d’Européens qui recherchent une solution vaccinale plus traditionnelle ». « Valneva continue de penser que son candidat vaccin VLA2001 peut encore apporter une contribution importante à la lutte contre la COVID-19 et venir compléter les vaccins existants », ajoute-t-il.

Technologie plus traditionnelle

Le vaccin de Valneva se base sur un virus inactivé. Par rapport aux vaccins anti-Covid autorisés dans l’UE, c’est une technologie plus traditionnelle que les vaccins Pfizer/BioNTech ou Moderna, à ARN messager, et, dans une moindre mesure que ceux d’AstraZeneca et Johnson & Johnson, à vecteur viral, ou celui de Novavax, à protéine recombinante.

Le vaccin de Valneva a reçu une autorisation conditionnelle de mise sur le marché au Royaume-Uni en avril 2022 ainsi que des autorisations pour une utilisation d’urgence du vaccin du ministère de la Santé des Emirats arabes unis le 13 mai, et du royaume de Bahreïn le 28 février, rappelle le groupe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici