Entre baisse de la production électrique et hausse de la consommation, l’hiver s’annonce tendu

0
80

Ce dimanche, les dirigeants des trois énergéticiens français TotalEnergies, EDF et Engie ont, dans une tribune commune, appelé les Français à réduire « immédiatement » leur consommation d’énergie, au risque de se retrouver confronté à une pénurie et une flambée des prix. Cette alerte, les responsables du Réseau de transport d’électricité (RTE) d ’Occitanie s’en était fait l’écho au cours de la semaine lors de la présentation du bilan électrique annuel.

« L’hiver s’annonce tendu en raison de la faible disponibilité du nucléaire et des incertitudes d’approvisionnement en gaz. Si cet hiver, nos voisins sont confrontés à des difficultés, nous devrons réduire nos importations », relève Jacques Tassy, directeur du centre d’exploitation Toulouse RTE France. Or, chaque hiver, pour faire face aux pics de consommation, nous importons certaines journées 15 % de nos besoins. Cette perspective est due au contexte international, mais aussi à la tendance de fond d’augmentation de consommation dans notre région. Après une année 2020 en baisse en raison de la crise du Covid-19, elle est repartie à la hausse avec +1,8 %, même si elle reste encore en deçà de celle de 2019.

Pointes de conso deux fois plus élevées en hiver qu’en été

Si des pointes ont lieu en Occitanie comme la semaine dernière lors des jours de canicule, avec une consommation de 5,4 GW vendredi 17 juin en raison de l’activation des climatisations, contre 4,6 GW le même jour il y a un an, ce n’est rien comparé aux pointes maximales en hiver. Le 11 janvier 2021, lors d’une journée glaciale où les chauffages tournaient à plein régime, la consommation a atteint le niveau historique de 8,7 GW.

Or, si la consommation grimpe localement, la production régionale, elle, est en baisse de 6,6 % en 2021. L’arrêt partiel de Golfech a une incidence directe sur ces chiffres, puisque la production nucléaire, qui représente 45,3 % de l’énergie totale produite en Occitanie, a baissé de 8,7 % l’an dernier. Les conditions météorologiques défavorables ont aussi eu un impact non négligeable sur l’énergie hydraulique (-10 %), la deuxième source de production de la région.

Certes, le parc solaire se développe fortement dans une région connue pour son fort ensoleillement (+30,3 % d’installations depuis 2019), mais l’énergie solaire ne représente pour l’heure que 9,2 % de la production locale. Les énergies renouvelables de toutes sortes couvrent toutefois 43,2 % de la consommation électrique d’Occitanie, quand le taux national atteint seulement 25,3 %.

Pas assez, toutefois, pour faire face aux pics de consommation hivernaux qui pourraient avoir lieu. Les responsables de RTE appellent d’ores et déjà aux écogestes. Mais en cas de pics, ils pourraient avoir recours à d’autres mesures, qui passent par l’activation des contrats d’interruptibilité signés avec certaines entreprises, lesquels permettent d’interrompre un ou plusieurs consommateurs industriels en moins de 5 secondes.

Si la situation est vraiment critique, RTE à la possibilité de baisser de 5 % la tension du réseau électrique. Ce qui n’a pour l’heure jamais été fait. Et en tout dernier recours, des coupures ciblées peuvent avoir lieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici