Compétitivité : l’Europe peine à trouver une réponse au plan anti-inflation de Biden

0
22

Quand elle a un problème avec son allié américain, l’Union européenne (UE) a toujours du mal à l’admettre. Mais, ces derniers jours, il a fallu qu’elle en convienne : le président Joe Biden, que les Européens étaient tellement soulagés de voir succéder à Donald Trump à la Maison Blanche début 2021, ne leur fait pas de cadeaux. Et quand il s’agit de défendre l’économie américaine, il est prêt à sacrifier la leur.

« Au début, on a sous-estimé les conséquences de la stratégie américaine. Mais les Européens commencent à comprendre qu’elle peut avoir un effet désastreux sur notre économie », commente un diplomate européen. Vendredi 25 novembre, les ministres du commerce des Vingt-Sept ont enfin commencé à évoquer le sujet.

Forts d’une énergie bon marché qu’ils vendent quatre fois plus cher aux Européens et qui leur donne, depuis le début de la guerre en Ukraine, le 24 février, un avantage compétitif crucial par rapport au Vieux Continent, les Etats-Unis ont aussi décidé de subventionner massivement (369 milliards de dollars, soit 355 milliards d’euros) les produits verts « made in America », notamment les voitures électriques, les panneaux solaires ou les batteries, dans le cadre de la loi sur la réduction de l’inflation (IRA), qui entrera en vigueur le 1er janvier 2023.

La voie diplomatique privilégiée

Pour les Vingt-Sept, cela signifie, très concrètement, le risque de voir leurs entreprises délaisser le Vieux Continent pour investir outre-Atlantique. L’exode a d’ailleurs déjà commencé. Pour l’heure, la voie diplomatique est privilégiée. Des discussions ont lieu entre Washington et la Commission européenne, qui plaide pour que les Etats-Unis ne discriminent pas, dans leurs subventions, les produits européens – une faveur obtenue par le Canada ou le Mexique.

Afin de leur laisser une chance, les Vingt-Sept sont convenus d’attendre la tenue, le 5 décembre, de la réunion du Conseil du commerce et des technologies entre l’UE et les Etats-Unis. « Les Etats-Unis ne vont pas défaire leur loi. Ils nous disent qu’il y a une marge d’interprétation », confie un diplomate européen, qui n’attend « pas grand-chose » des négociations en cours.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « La nouvelle offensive du “made in USA” exaspère les gouvernements européens »

Si une solution à l’amiable ne se dessine pas, « il faudra penser soit à des mesures coercitives, soit à des mesures de soutien à nos entreprises sur le sol européen », juge Olivier Becht, le ministre français délégué au commerce extérieur. La France est l’un des pays les plus offensifs sur le sujet, et le président, Emmanuel Macron, ne manquera pas de faire valoir ses arguments lors de sa visite aux Etats-Unis la semaine prochaine.

Il vous reste 51.02% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici