Bruno Le Maire défend la nationalisation totale d’EDF, qui permettra selon lui de prendre “des décisions plus rapides” face à la crise énergétique

0
54

Le ministre de l’Economie s’exprimait dans le cadre des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Bruno Le Maire joue les VRP de la renationalisation à 100% d’EDF. Cette mesure, annoncée mercredi par Elisabeth Borne à l’Assemblée nationale, permettra d’agir plus vite face à une crise énergétique qui va être un “problème considérable” dans les mois à venir, a estimé le ministre de l’Economie, dimanche 10 juillet.

>> EDF : quels sont les objectifs de la renationalisation annoncée par Elisabeth Borne ?

La montée prévue de 84% à 100% au capital de l’électricien “change beaucoup de choses parce qu’il y a beaucoup de projets qui peuvent prendre parfois quelques semaines ou quelques mois de plus, parce qu’il y a des débats qui sont légitimes à partir du moment où il y a une part d’actionnaires qui ne sont pas des actionnaires de l’Etat”, a expliqué le ministre à des journalistes dans le cadre des Rencontres économiques d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). “Là, vous aurez une unité de commandement totale”, a-t-il ajouté.

Selon Bruno Le Maire, “ça nous permet de prendre des décisions plus rapides sur le sujet stratégique de la production d’électricité décarbonée en France”. La crise énergétique est pour le ministre “le sujet le plus important des mois qui viennent”, et il faut se préparer à une coupure totale de l’approvisionnement en gaz russe.

“Nous sommes confrontés à une crise énergétique qui peut avoir un impact absolument majeur sur nos vies quotidiennes, sur l’emploi, sur le fonctionnement de nos entreprises, sur l’outil industriel français.”

Bruno Le Maire

à Aix-en-Provence

Le gouvernement prépare pour l’hiver prochain une série de mesures pour prioriser les ménages et certaines industries en cas de production insuffisante d’électricité, a ajouté le ministre.

Bruno Le Maire a enfin précisé ne pas encore avoir obtenu l’aval de la Commission européenne pour la nationalisation d’EDF. “J’ai eu de longues discussions avec [la commissaire à la Concurrence] Margrethe Vestager sur ce sujet, donc nous reprendrons nos très longues discussions”, a rapporté le ministre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici